Ignasi Aballí (Barcelone, 1958) a étudié les Beaux-Arts à l'Université de Barcelone.
Depuis les années 1990, il a notamment exposé au Drawing Center (New York), MACBA (Barcelone), ZKM (Karlsruhe), Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía (Madrid), Le Printemps de Septembre (Toulouse), Galerie Meessen-de Clercq (Bruxelles), Galerie Estrany de la Mota (Barcelone), Galerie Elba Benitez (Madrid), Gagosian gallery (New York), Frac Lorraine (Metz), Centre National d'Art Contemporain Villa Arson (Nice), Fondation Maeght, (Saint-Paul de Vence), la Pinacoteca do Estado de São Paulo.
Il a également participé à plusieurs biennales internationales comme la 52ème biennale de Venise en 2007, la biennale de Sharjah en 2007 ou la 11ème Biennale de Sydney en 1998.

Ignasi Aballí a reçu le prix Joan Miró 2015 pour sa « réflexion aboutie sur les limites de la peinture et de la représentation, pour son attention méticuleuse aux conséquences significatives que peut générer le plus petit changement opéré dans une stratégie de re-signification, ainsi que pour son rôle de mentor auprès d'artistes plus jeunes ».

Une rétrospective de son travail depuis 2005 a eu lieu au Reina Sofía (Madrid) en 2015 et en 2016 à la Fondation Joan Miró (Barcelone).

Ignasi Aballí
Né en 1958
Vit et travaille à Barcelone


EXPOSITIONS PERSONNELLES

2018
presque invisible
, Galerie Thomas Bernard, Paris
Exhibition continues, Galerie Kula, Split, Croatie
Translations, Galerie Meessen De Clerq, Bruxelles, Belgique

2017
Caso de estudio, IVAM Institut Valencià d'Art Modern, Valence, Espagne.
Cualquier título
, Proyecto Paralelo, México DF, Mexique
Sin Principio / Sin Final, Museo de Arte de la Universidad Nacional de Colombia, Bogotá

2016
Something is Missing, Galerie Nordenhake, Berlin
Infinite sequence, Fondation Joan Mirò, Barcelone

2015
sin principio / sin final, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid
presque visible, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI
Gabinet : Ignasi Aballí, Es Baluard, Museu d'Art Modern i Contemporani de Palma
Ignasi Aballí. Premio Joan Miró 2015, Fundació Joan Miró, Barcelone

2014
Ver visiones (Seeing visions), galerie Estrany de la Mota, Barcelone
Double readings, Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles
Something is wrong, Galerie Pedro Oliveira, Oporto

2013
Three hours of light, Empty Cube, Lisbonne
Mirar (el otro lado), Galeria Elba Benítez, Madrid

2012
Prólogo, Galeria Proyecto Paralelo, México D.F., México
This is not The End, Artium, Vitoria

2011
CMYK Color System, Galeria Estrany de la Mota, Barcelone
En el aire, Fundación RAC, Rosón Arte Contemporáneo, Pontevedra

2010
Pòsit, Espai Guinovart, Agramunt, Lleida
Teoria, Pinacoteca do Estado, São Paulo
Transparència, ACVIC, Centre d'Art de Vic, Vic, Barcelone
Transparent states, Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles

2009
Zona euro, Banco de España, Madrid
posible / probable, Galeria Elba Benítez, Madrid
Inside job (avec Karin Sander), Galerie Nächst St. Stephan / Rosemarie Schwarzwälder, Vienne
Nothing, or something, Suitcase Art Projects, Today Art Museum, Pékin
Coming soon, Galerie Vartai, Vilnius
Cien mil pares de ojos, Galeria Manel Mayoral, Barcelone

2008
Classificar, Galeria Estrany-de la Mota, Barcelone
Tiempo muerto, Galeria Pedro Oliveira, Porto
Fotografía para jardines, Real Jardín Botánico, Madrid
Sin actividad, Museo de Portimão, Portimão
To show, Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles
52 paraules, Fundació Joan Miró, Barcelone

2006
0-24 h, Museu Serralves, Porto
0-24 h, IKON Gallery, Birmingham
0-24 h, ZKM, Zentrum für Kunst und Medientechnologie, Karlsruhe
Inmigrantes, Clockshop, Los Angeles

2005
0-24 h, Museo de Arte Contemporáneo de Barcelona (Macba), Barcelone

2004
Nada-para-ver, Museo de Bellas Artes de Santander, Santander
Un año, Galería Elba Benítez, Madrid

2003
Desapariciones, Galeria Estrany de la Mota, Barcelone

2002
Presencias, Galeria Pedro Oliveira, Oporto
Manipulaciones, Nouvelle Galerie, Grenoble
Desapariciones, Espacio Uno, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid

2000
A diario, H, Associació per les Arts Contemporànbies, Vic, Barcelone
Malgastar (To waste), Sala d'Art Josep Baguès, El Prat de Llobregat, Barcelone
Libros, Glass cabinet, Galeria Estarny de la Mota, Barcelone

1999
No movie, Galeria Elba Benítez, Madrid

1998
Nada es mucho (Nothing is a lot), Galeria Antoni Estrany, Barcelone

1997
Olhando nada, Galeria Pedro Oliveira, Oporto, Portugal

1995
Galeria Antoni Estrany, Barcelone

1994
Clausura, Galeria Elba Benítez, Madrid

1993
Galeria Antoni Estrany, Barcelone


EXPOSITIONS COLLECTIVES

2018
El poder del Arte. Obras de la colleccion del Museo Reina Sofia, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid, Espagne
A l'heure du dessin - 6è temps, TRACE
, Chateau de Servières, Marseille
Oroi. Queda mucho pasado por delante, Artium Centro-Museo Vasco de Arte Contemporáneo de Vitoria-Gasteiz, Vitoria-Gasteiz, Espagne
Colección Macba. Bajo la Superficie, MACBA Museu d'Art Contemporàni de Barcelona, Barcelone, Espagne
Descubriendo un diálogo en el tiempo, Museo Lázaro Galdiano, Madrid, Espagne
Ignasi Aballi + Oriol Vilanova. Reversible, Galeria Estrany-de la Mota, Barcelone, Espagne
Dialogue de l'ombre double, Centro de Arte Alcobendas, Alcobendas, Espagne
Multitudinous Seas, Fondation Hippocrène, Paris, France
Accrochage-Accrochage, Galeria Estreany de la Mota, Barcelone, Espagne
ARCO,
Madrid, Galeria Estrany de la Mota, Galeria Elba Benítez
Group Show, Galeria Estarny de la Moda, Barcelone, Espagne
Un Campo Oscuro, Centro José Guerrero, Grenade
Résonance (partie2), FRAC Haute Normandie, Sotteville-lès-Rouen

2017
Passagens: A Coleção de Serralves no terminal de Cruzeiros do Porto de Leixões,
Galeria Estreany de la Mota, Barcelone, Espagne
The walk,
Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles, Belgique
Montag ou la Bibliothèque à venir,
FRAC Franche-Comté, Besançon, France
L'air vibre du bourdonnement des insectes,
Musée départemental d'art contemporain de Rochechouart, Rochechouart, France
Casos de estudios,
IVAM-Institut d'art moderne de Valence, Valence, Espagne
VV.AA. Displays of Affection II: Imaginar el futuro,
Galerie Estrany de la Mota, Barcelone, Espagne
La piel del discurso médico,
Salle d'exposition de la Délégation de Huesca, Huesca, Espagne
Entusiasmo. El reto y el empeño en la Colección MACBA , Musée de Badalona, Badalona,  Espagne
Hacer amar plantar arboles. Coleccion Valzuela,
Centro de Arte Alcobendas, Madrid, Espagne
Coleccion Macba, Sota la Superficie,
MACBA - Musée d'art contemporain de Barcelone, Barcelone, Espagne
Improbable Libraries,
La Casa Encendida, Madrid, Espagne
VV.AA. Displays of Affection I: Cartografiar la memoria,
Galerie Estrany - De la Mota, Barcelone, Espagne
Them Or Us,
Galeria Municipal do Porto, Porto, Portugual
La Colección Bragales en blanco y negro,
Casas del Águila y la Parra y Torre Don Borja, Santillana del Mar
El borde de una herida. Migración, exilio y colonialidad en el Estrecho, Centro Cibele de Cultura y Ciudadanía, Madrid
Phenomenon 2, Biennale d'art contemporain, Anafi, (Grèce)
Du verbe à la communication, collection Josée et Marc Gensollen, Carré d'art, Nîmes
Discursos Premeditados, Colección Fundación Caja Mediterráneo,
Museo de bellas artes de Valencia, Valencia
Seleccion Natural ? This is the Cover of the Book, Centre Cultural Blanquerna, Madrid
Da Fuga e da Encontro: Inversões da Olhar, Espaço Novo Banco, Lisbonne
(Ex)Posiciones Críticas, CGAC Centro Galego de Arte Contemporánea, Santiago de Compostela
Estudios de luz: indicios, reflejos y sombras en la colección Serralves, Centro de Cultura Contemporánea de Castelo Branco
Ventajas y desventajas de la historia para la vida, Fórum Eugénio de Almeida, Évora

2016
Las horas perdidas
, Artista X Artista, La Havane
Resonating Surfaces
, Mendes Wood DM, São Paulo
The Past is the Past
, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI
The Future is the Future,
Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI
Impermanencia. La mutación del arte en una sociedad materialista, Biennale de Cuenca, Fundación Municipal, Cuenca (Equateur)
27 - Linhas de Dialogo, Obras das Coleçoes Fundacion Coca-Cola e de Fotographia Contemporanea do NOVO BANCO
, Espaço Novo Banco, Lisbonne
Variaciones sobre tema mexicano,
Torre Iberdrola, Bilbao
Una mirada en abierto,
Centre contemporain La Conservera de Ceuti, Murcia
Dialogues of the Gaze
, Fundacio Suñol, Barcelone
ARCOmadrid, Madrid

2015
A.N.T.H.R.O.P.O.C.E.N.E., Galerie Meessen de Clercq, Bruxelles
Afinidades electivas, Juliao Sarmento coleccionador, Fundación EDP, Lisbonne
Múltiples mundos, Galería Carreras Mújica, Bilbao
Llueve, nieva, pinta, Centre d'art La Panera, Lleida
Frieze, Galería Elba Benítez, Londres
ArtBo, Galería Elba Benítez, Bogota
25 años, Galería Elba Benítez, Madrid
Là où commence le jour, dans le cadre de Lille 3000-Renaissance, Musée LAM, Lille
Afterimages
, Galeria Pedro Oliveira, Porto
Another Part of the New World, Collection CA2M Centro de Arte Dos de Mayo du gouvernement régional de Madrid et le Moscow museum of modern art
, MMOMA, Moscou
Especies de espacios, Museu d'Art Contemporani de Barcelona (Macba), Barcelone
Arquitecturas y espacios en la colección RAC, CentroCentro Cibeles, Madrid
Little is left to tell (Calvino after Calvino), Blueproject Foundation, Barcelone
Arte contemporáneo en la colección Himalaya, Museo de Albacete, Albacete
Old News (Again), Cneai, Chatou
Measuring the Immeasurable, Galeria Sabrina Amrani, Madrid
Pliure (Epilogue - La Bibliothèque, l'univers), Fondation Gulbenkian, Paris
Rituels, répétitions, contraintes, tentations, Plateforme Roven, Musée régional d'art contemporain Languedoc-Roussillon, Sérignan
Arco, Elba Benitez, Madrid
Arco, Estrany de la Mota, Madrid
Múltiple / Polígrafa Obra Gráfica, Espacio Monitor, Caracas
Video Régimen, Coleccionistas en la era audiovisual, Museo Lázaro Galdiano, Madrid
Presque la même chose, Kunsthalle Mulhouse
Naked Photographer, Galeria Maisterravalbuena, Madrid
La colección, CentroCentro Cibeles, Madrid
Gathered fates, Galeria Nordenhake, Berlin

2014
St. Jerome, Galerie Meessen de Clercq, Bruxelles
La biblioteca y el saber, Koldo Mitxelena, San Sebastián
Tiempos abiertos, DA2, Domus Artium, Salamanca
Las lágrimas de las cosas, Fundación Helga de Alvear, Cáceres
Paisatge.0, Galeria Palma XII, Vilafranca del Penedès
Colonia apócrifa, Imágenes de la colonialidad en España, MUSAC, León
Der Leone Have Sept Cabeças, CRAC Alsace, Altkirch
Homo ludens, Galerie Meessen de Clercq, Bruxelles
Doble dirección, Centre d'Art La Panera, Lleida
Frieze, Galería Elba Benítez, Londres

2013
Algunas lagunas, Galería Proyecto Paralelo, México
Without reality there is no utopia, Yerba Buena Center for the Arts, San Francisco
Diálogos, Museo Patio herreriano, Valladolid
Of Bridges and Borders, Parque Cultural de Valparaíso, Valparaíso
Nomès llibres, Galeria Estrany de la Mota, Barcelona
Sin motivo aparente, Centro de Arte Dos de Mayo, Móstoles, Madrid
For my eyes only, VJP Collection of Contemporary Art and Design, UGM Maribor Art Gallery, Maribor
Jetztzeit (el temps d'ara), Centre d'Art La Panera, Lleida
Sobre papel / On paper, Fundación Helga de Alvear, Cáceres
Glass of water, Futura Centre for Contemporay Art, Prague
Caché derrière les apparences, La Galerie du 5ème, Galeries Lafayette, Marseille
Mínima resistencia, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid
El gabinet d'un aficionat, Història d'una col.lecció, Centre d'Art La Panera, Lleida
93, Centro Galego de Arte Contemporánea, Santiago de Compostela
Iceberg, La realitat invisible, Fundación Francisco Godia, Barcelone

2012
Interval, Galeria Pedro Oliveira, Porto
De la generosidad, Obras de la colección Helga de Alvear, Centro Galego de Arte Contemporánea, CGAC, Santiago de Compostela
Lugares en pérdida, Centro Huarte, Huarte
Particles, Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles
Cómplices del Arte Español Contemporáneo, Fundación Canal, Madrid
Explosion, Action in painting, Moderna Museet, Stockholm
Cantastoria, Utah Museum of Contemporary Art, Salt Lake City, Utah
Cartografíes, Dibuixant el pensament, Caixaforum Barcelone et Madrid
The Unseen, 4ème Tirennale de Guangzhou
La imagen especular, Tirar del hilo, colección Artium, Artium, Vitoria
2 galeristes, 299 artistes, 24 comissàris, 23 agents..., Galeria Estrany de la Mota, Barcelone
Nexus, Galeria Miguel Marcos, Barcelone
Episodis crítics (1957-2011), Col.lecció Museu d'Art Contemporàni de Barcelona, Macba, Barcelone
Language games, Fundación Helga de Alvear, Cáceres
Trayectorias, Diez años de video y fotografía en la colección Coca Cola, MEIAC, Badajoz
Confluencias, CDAN, Centro de Arte y Naturaleza, Fundación Beulas, Huesca
Jonge Spaanse Kunst, Elisa Platteau, Bruxelles
Ondas en expansión, Derivas del conceptual lingüístico, Centro Andaluz de Arte Contemporáneo, Séville

2011
2011 Lumens, Valls, Tarragona
Sin realidad no hay utopía, Centro Andaluz de Arte Contemporáneo, Séville
Medianoche en la ciudad, Artium, Vitoria
Atlas, How to carry the World on one's back?, ZKM, Karlsruhe
Of Bridges & borders, Fronteras en mutación (III), CCEBA, Centro Culural de España, Buenos Aires
La Cuestión del Paradiga, Genealogías de la emergencia en el arte contemporáneo en Cataluña, Centre d'Art La Panera, Lleida / La Capella, Barcelone
I was a male Yvonne de Carlo, MUSAC, Museo de Arte Contemporáneo de Castilla y León, León
La vie mode d'emploi, Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles
Relats encadenats, Centre d'Art La Panera, Lleida
Reflejos, OTR Espacio de Arte, Madrid
Aproximaciones I, Arte Contemporáneo español en la colección Helga de Alvear, Fundación Helga de Alvear, Cáceres
Barcelona colecciona, Fundación Godia, Barcelone
Relatos encadenados, Centre d'Art La Panera, Lleida
Les mille rêves de Stellavista, Centre dárt contemporaine la Synagogue de Delme, Delme

2010
Voz entre lineas, Centre d'Art La Panera, Lleida
Sur le dandysme aujourd'hui, Centro Galego de Arte Contemporáneo, Santiago de Compostela
Grande hazaña!, ¡Con muertos!, Sala Puertanueva, Córdoba
Territories of time, Galeria Meessen De Clercq, Bruxelles
La memoria del otro, Museo de Bellas Artes, Santiago de Chile, Chile
Nuevas historias, Kuntsi Museum of Modern Art, Vaasa, Finlande
Estancias, residencias, presencias. Una construcción particular, TEA Tenerife Espacio de las Artes, Santa Cruz de Tenerife
Entretiempos. Instantes, intervalos, duraciones., PhotoEspaña 2010, Teatro Fernán-Gómez, Madrid
89 Km, Colección CGAC, MARCO, Museo de Arte Contemporáneo de Vigo, Vigo
A l'ombre d'un doute, FRAC Lorraine, Metz
Signes i escriptures, Fundació Suñol, Barcelone
The shadows of speech, National Museum of Contemporary Art of Korea, Seoul
La fuerza de la palabra, Instituto Cultural Cabañas, Guadalajara, México
Nuevas Historias, Det Nationale Fotomuseum, Copenhague
Objects are like their appear, Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles
Nel Fratempo. Istanti, intervali, durate., MAN, Museo d'Arte di Nuoro, Nuoro
Antes que todo (Before everything), Centro de Arte Dos de Mayo, Móstoles, Madrid
Medianoche en la ciudad, Centre d'Art La Panera, Lleida
Pere(t)c, Fundación Luis Seoane, La Coruña
Atlas ¿Cómo llevar el mundo a cuestas?, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid

2009
Zonas de riesgo, Caixaforum, Madrid
Colección I, Centro de Arte Dos de Mayo, Móstoles, Madrid
Books books books nothing else than books, Ursula Blickle Foundation, Kraichtal
On second reading, Galeria Estrany de la Mota, Barcelone
El temps com a matèria, Col.lecció Macba, Macba, Barcelone
La colección, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid
IV Bienal de Jafre, Jafre, Girona
Serralves 2009, «a Colecção», Fundación Serralves, Porto
Huésped, Colección Musac en el MNBA, Museo Nacional de Bellas Artes, Buenos Aires
Voyage sentimental 3, Frac Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille
25 obras, 17 artistas, 4 relatos, Centre d'Art La Panera, Lleida
Under Control, Krannert Art Museum, Champaign, Illinois
Mirant des de fora (On the outside looking in), Fundació Suñol, Barcelone

2008
Esto no es una exposición, Fundación Centro Huarte de Arte Contemporáneo, Huarte, Navarra
Parangolé, Museo Patio Herreriano, Valladolid
Absens, Galerie Meessen De Clercq, Bruxelles
Weder Entweder Noch Oder, Wüttembergischer Kunstverein, Stuttgart
Partilhar territorios, V Bienal de Arte e Cultura de Sao Tomé e Principe Frágil, Museo de Arte Contemporáneo Esteban Vicente, Segovia
Why is there something rather than nothing?, Galleria Galica, Milan
Order, Desire, Light, An exhibition of contemporary drawing, Irish Museum of Modern Art, Dublin
New perspectives on Spanish contem­porary photography, Kulturhuset, Stockholm
Yo soy el final de la reproducción, Sculptur Center, New York
La sombra de la história, Centro Galego de Arte Contemporáneo, Santiago de Compostela
Zones de risc, Caixaforum, Barcelone

2007
Tricky, Galeria Estrany-de la Mota, Barcelone
Premio Nacional de Arte Gráfico 2006, Real Academia de Bellas Artes de San Fernándo, Madrid
Entre la palabra y la imagen, Museo da Cidade, Lisbonne et Centro Cultural Villa Flor, Guimaraes
Clearly invisible, Centre d'Art Santa Mónica, Barcelone
Still life. Art, ecology and the politics of change, 8ème biennale de Sharjah, Emirats Arabes Unis
Numerica,  Palazzo delle Papesse, Sienne
Think with the senses-Feel with the mind, 52ª Biennale, Venise
Intocable, El ideal de la transparencia, Museo Patio Hereriano, Valladolid
Utopias cotidianas, Un proyecto del Centre d'Art la Panera, La Centrale Électrique, Bruxelles
Paperback. Ediciones baratas, Fundación Luis Seoane, A Coruña
Colección Macba, Museo de Arte Contemporáneo de Barcelona, Barcelone
Barcelone 1947-2007, Fondation Maeght, Saint Paul de Vence
Existencias, Musac, Museo de Arte Contemporáneo de Castilla y León
Objeto de réplica, Artium, Vitoria-Gasteiz
Arte gráfico en España, Premios Nacionales 2006, Institut Cervantes, Prague
No, Future, Bloomberg Space, Londres
Tiempo al tiempo, MARCO Museo de Arte Contemporáneo de Vigo, Vigo
Macba im Frankfurter Kunstverein, Frankfurter Kunstverein, Frankfurt / Main
I am the end of reproduction,  Castillo / Corrales, Paris
Dar tiempo al tiempo / Taking time, MARCO, Museo de Arte Contemporáneo de Vigo
Fit to print. Printed media in collage, Gagosian gallery, New York

2006
Identidades Críticas. Arte español de los noventa, Museo Patio Herreriano, Valladolid
Salir a la calle y disparar al azar, Barcelone
Una visión impura, Museo Nacional Reina Sofía. Madrid
Intouchable. L'ideal transparence, Villa Arson, Nice
Entre la palabra y la imagen, Fundación Luis Seoane, La Coruña
Old News, Centre National de l'Estampe et de l'Art imprimé, Cneai, Chatou

2005
Exhibition of Visual Art, Limerick City Gallery of Art, Limerick
Pintar sense pintar, Centre d'Art La Panera, Lleida
El espacio recuperado, Edificio de Tabacalera, San Sebastián

2004
Laocoonte devorado, Artium, Vitoria-Gasteiz
Looking Futher. Thinking Throught, Marc, Islande
En el principio era el viaje, Bienal de Pontevedra, Pontevedra
Darreres Construccions, Museu de Granollers
Laocoonte devorado, Museo José Guerrero, Grenade

2003
Col.lecció MACBA, Itineraris, Barcelone
Printemps de Septembre, Gestes, Toulouse
Contravoz, Trayecto Galería, Vitoria-Gasteiz
Group Show, Galeria Martin van Zomeren, Amsterdam
Colección de Arte Contemporáneo del Ayuntamiento de Lleida 01, La Panera, Lleida

2002
Endure, Smart Project Space, Amsterdam
Grace and Gravity, Galería Estrany De la Mota, Barcelone
La Col.lecció, Macba, Barcelone

2001
VideoRom, Bienal de Valencia, Valencia

2000
Emocion Escogida, Galería Palma XII, Vilafranca del Penedès, Barcelone
Ars Festival Penedes 2000, Cavas Chandon, Penedes

1999
El Dors Profús, Can Palauet, Mataró
Opera Aperta. 9 artistes / 9llibres, Librería Robafaves, Mataró
(Per)versions d'objectesil.lustres, Museu Empordà, Figueres
Mirant-nos des de fora, 5ª Biennale Martínez Guerricabeitia, Sala Parpalló, Valencia

1998
Des Garçons Sauvages, Galeria Helga de Alvear, Madrid
Iluminar y oscurecer, St. Michael's Church, Honniton Festival, Honniton
Poussière (Dust memories), Frac Bourgogne, Dijon, France
Every Day, 11ème Biennale de Sydney
The Choice, Exit Art, New York
Coincidències, Museum Dhondt Dhaenens, Deurle


CATALOGUES
2013
White pages, 110 p. Edition CRU

2012
En el aire, 288 p. Editions Fundación Rosón Arte Contemporáneo, Ephemera
This is not the end, 268 p. Editions ARTIUM

2011
Listados, 176 p. Editions Belleza infinita

2010
Sobre el color. Tratado en blanco y negro para su uso y aplicación, 154 p. Editions Pinacoteca Sao Paulo

2009
Cien mil pares de ojos. Tratado en blanco y negro para su uso y aplicación, 88 p. Editions Galeria Manel Mayoral
Nothing or Something, 88 p. Today Art Museum

2008
Absens, 124 p. Editions Galerie Meessen De Clercq
Sin actividad Sem actividade Without activity, 116 p. Edition La Fabrica

2005
Ignasi Aballí 0-24 h., 328 p. Editions MACBA / Ikon / Museu Serralves

2004
Nada-para-ver, 64 p. Editions Museo de Bellas Artes (Santander)

2002
Desapariciones, 48 p. Editions Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía

PRIX
2014
I Premio Ron Barceló-ARCO
V Premio Joan Miró 2015
Prix de la meilleure exposition en galerie, Barcelone

2006
Premio Nacional de Arte Gráfico

COLLECTIONS
Frac PACA
Frac Corse
Frac Lorraine
Frac Normandie Rouen
FNAC - Fonds National d'Art Contemporain, Paris
Museo Reina Sofia, Madrid
MACBA, Barcelone
Artium Vitoria
Musac León
Museo Patio Herreriano, Valladolid
Centro Andaluz de Arte Contemporáneo, Séville
Fundació La Caixa, Barcelone
Fundaçao Serralves, Porto
Centre d'Art La Panera, Lleida
Collection Cal Cego, Barcelone
Collection Fondation Helga de Alvear, Cáceres
Museo de Bellas Artes de Santander
Centro de Arte Dos de Mayo, Madrid

Bartomeu Marí

Portrait du réel à travers l'absence

 

Depuis la fin des années 80, l'oeuvre d'Ignasi Aballí s'est développée autour de deux pratiques apparemment contradictoires, du moins très différentes. La première est l'exploration qu'il commença au tout début de sa carrière artistique sur l'activité minimale, la gestuelle minuscule et la modification imperceptible, une préoccupation qui révèle un anti-formalisme partagé avec d'autres membres de sa génération. Le terme « génération » est utilisé ici pour exprimer l'idée de « communauté », peut-être artificielle, des artistes du Sud de l'Europe, spectateurs de la lutte entre le formalisme (gestuel, matériel) et le conceptualisme. La seconde ligne de pratique qu'Aballí a adoptée est une culture de la fiction comme matériau et comme moyen de localiser son oeuvre. En cela, il a beaucoup en commun avec ceux qui, à la fin des années 80, ont contribué à placer le film et la vidéo sur le devant de la scène. De la peinture à l'objet, de l'objet à sa représentation, du ready-made à la photographie et de la photographie à la fiction ; ce sont vraiment des aller-retour entrepris pour explorer à la fois les origines de la compréhension, qui grandissent à l'orée de la perception, et la nature de la pratique artistique vers la fin du siècle entourée de polémiques sur la mort de l'art, la disparition des critères de beauté, des renouveaux stylistiques et des références. Aballí rejette le confort du style afin d'endosser le rôle douloureux et laborieux du scientifique qui doit inventer l'objet-même de sa science.

Vers la fin des années 80, la scène artistique a sublimé le domaine de la peinture, convertie en un excès d'images, de tendances et de groupements stylistiques pour technique prédominante. Tandis que l'art continuait à être ancré dans les pratiques post-expressionnistes et abstraites qui ont existé depuis si longtemps en Espagne, les peintres allemands et américains ont aidé à transformer l'art en un espace géographique, avec des qualités physiques évidentes. Il s'est transformé en un problème de matière et de forme. À travers l'inertie, la matière et la forme deviennent complémentaires : une forme spécifique est apparue comme correspondant à chaque matière. Plus tard, toutes les autres voies ayant été épuisées, s'est développée l'exploration des limites, à l'image d'un pays ou d'un marqueur géographique. Sur la dernière décennie du siècle passé, une période marquée par l'explosion et la fragmentation de l'art, l'image et ses composantes sont devenues un champ de bataille pratique. La matière et la forme ont cédé la place au discours et à la narration. La contemplation a été remplacée par la compréhension. Le contenu a pris la place de la combinaison formelle, et l'indicible - étant donné qu'il se référait à l'abstrait - est devenu la prononciation et la lecture. Le langage du cinéma, en particulier en format vidéo, a restauré la présence du réalisme photographique et de l'image en mouvement. Soit le vide, soit la fiction. Soit le néant ou l'invention d'une réalité qui pourrait être décrite mais pas identifiée physiquement. Soit l'action muette, imperceptible du temps qui passe et qui, plutôt qu'éroder, construit, plutôt qu'extraire, donne quelque chose, ou l'arrangement d'une architecture narrative afin de le transformer en quelque chose qui explique, en un organisateur de métaphores dans lequel sont mélangés le littéraire et le cinématographique. Il n'y a pas d'acteurs dans la fiction d'Aballí, du moins nous n'en voyons pas sur scène ; il y a cependant des situations, des situations tirées de l'esprit de l'écrivain patient. A la fin des années 80, l'objet, le mot et l'image se sont trouvés au centre de la scène, au coeur du problème, au centre de l'attention et du discours comme jamais ils ne l'avaient été auparavant. L'invention - qui a dominé les photomontages et les collages du début du siècle dernier - a été remplacée par un excès de média : télévision, presse ? les médias numériques bourgeonnants. L'âge de l'excès avait des corrélations spécifiques avec une création artistique qui devenait de plus en plus victime du langage publicitaire parasite qui éparpillait ses composantes esthétiques. L'oeuvre d'Aballí de cette époque s'abreuve de l'excès d'images et des discours du moment, semblant chercher un contrepoint, le négatif de cette augmentation quantitative, afin de trouver l'intensité du contenu. Aballí prend comme sienne la maxime moderniste « faire plus avec moins ». Pour contrer le choc ou la surprise de la vision, l'artiste propose de poursuivre la perception qui se prolongerait avec la mémoire. Pour contrer la vitesse, il nous invite à une lecture lente et réfléchie. L'objet, le mot et l'image semblent articuler la totalité de la production artistique d'Ignasi Aballí, de façon simultanée et sans hiérarchie. Mais ils ne sont pas interchangeables : l'un n'est pas l'équivalent de l'autre, les relations entre eux ne sont pas des relations de correspondance, mais de coexistence, de symbiose.

Nous pouvons regarder l'oeuvre d'Aballí en lien avec deux traditions qui se sont greffées l'une à l'autre (ou l'une dans l'autre) sur les deux dernières décennies du siècle dernier : tandis que dans ses premiers travaux, Aballí pratiquait un système pictural, il se tourna rapidement vers les gestes et conditions de production qui le distançaient des problèmes et configurations typiques de l'époque, à partir d'investigation sur les limites, les frontières de la représentation. Intrigué et fasciné par les contradictions inhérentes dans ce qui peut être représenté, Aballí commença à cultiver les oppositions entre réalité et fiction, ou entre hyperréalité et matérialité. Bien que d'apparence neutre, les oeuvres d'Aballí sont en fait imprégnées de contenu acerbe, dérangeant et parfois éminemment critique sur le monde qui nous entoure. D'un côté, nous trouvons des oeuvres dans lesquelles l'artiste disparaît en tant que sujet et laisse l'accumulation de poussière ou l'action corrosive du soleil former les matériaux. De l'autre, nous sommes confrontés par un artiste qui collectionne de manière méticuleuse, inventorie et organise l'information des journaux, rassemblant des images reproduites à l'infini, ou qui rend hommage à l'anonymat des autres, les transformant en créateurs d'images illisibles. Sont tout aussi illisibles, dans Rètol [Panneau d'affichage] (2005), les mots clef que l'artiste présente, de telle manière à ce qu'ils réitèrent la perte de sens créée par des répétitions au sein des sous-dialogues de l'art. Prenant comme point de départ la nature anodine des couleurs dans des catalogues universaux, l'artiste produit Carta de colors (idéologies) (2005), dans laquelle il énumère les connotations idéologiques ou politiques que ces couleurs ont acquises à travers la convention. Ces connotations acquises, subjectives mais acquises avec le temps, semblent « décorer » et domestiquer la réflexion. Elles peuvent aussi susciter des associations très inattendues de sens.

Absent et présent en tant que sujet, Aballí fait le lien dans son travail plus récent entre l'abondance d'images autour de nous et la rareté des sens que nous leur attribuons. La formulation de significations des images semble être un territoire protégé que l'artiste cherche à rendre public et accessible au regardeur à qui, à la fin, l'oeuvre est destinée. Revelacions [Révélations] (2005) est une vidéo réalisée dans un laboratoire dédié au développement photographique rapide, et dans laquelle nous voyons des séries d'images sortant de la machine à développer. La vitesse des cylindres suggère des réflexions sur la production industrielle, sur la nature sérielle des objets produits. « Mécaniquement », la machine développe des images saisies « par les mains et par les yeux » d'individus, qui restent anonymes ici aussi. L'oeuvre n'explore pas les questions d'identité : nous ne savons rien sur les photographes en soi, et cela ne contribuerait en rien à notre compréhension de la pièce. Les images, cependant, nous renvoient à l'histoire de la photographie, une technique chimique, artisanale à ses débuts, qui a évolué depuis, devenue popularisée, universelle, entamant un processus numérique dans lequel il n'y a ni chimie ni développement, ni produits, ni ouvriers, ni machines. Le processus de développement, son industrie, ses machines, le temps requis pour tout produire et traiter, disparaissent tous. Les actions ou conséquences recherchées par l'artiste sont celles qui peuvent laisser des traces, c'est-à-dire qui quittent notre environnement, qui ont une existence, que nous ne pouvons reconnaître que dans le reste. De la même façon, 0-24 h (2005) donne à la machine, en l'occurrence une caméra de surveillance d'un musée, la tâche de nous révéler des actions qui s'y déroulent alors que le lieu est fermé. Nous avons déjà la chance d'être les témoins d'événements qui se passent dans le musée lors de son ouverture au public, mais Aballí ferme le cercle de la perception en produisant un film d'une durée de 16 heures qui nous laisse voir « le versant sombre de la lune » dans ce musée. C'est une définition à travers l'énumération, à travers l'inclusion d'individus (ici, des unités de temps) de son univers ; dans une narration hyperréaliste d'inaction, l'oeuvre condense la perception du spectateur anonyme et celle de l'oeil attentif qui cherche à assurer que rien ne se passe.

Les journaux fournissent la preuve inéluctable du caractère fugace du temps. Tenir un journal quotidien entre nos mains, c'est accumuler des traces de réalité. Le présent reste le temps d'un regard, revenant le lendemain avec une toute nouvelle édition. Calendari [Calendrier] (2005) raconte l'écoulement d'une année entière à travers des photographies publiées chaque jour sur la une d'un journal spécifique. Exposées sans légendes ou identification, comme si elles étaient des chiffres d'un calendrier annuel, ces images fournissent une radiographie du mois, un récit sur les personnalités et événements exceptionnels du jour.

Pendant ce temps, alors que l'intérêt d'Aballí pour l'efficacité du cinéma a déjà été démontré dans des oeuvres telles que Desaparicions [Disparitions] (2002), peut-être l'une de ses pièces les plus poétiques, cet intérêt est confirmé avec deux productions récentes : Sinopsis et Próxima aparición / Próximamente / Coming soon, toutes les deux datant de 2005. L'efficacité du cinéma réside dans la capacité à créer des mondes plausibles, irréels mais crédibles, des mondes en lesquels nous pouvons croire. Sinopsis [Synopsis] utilise une ressource typique de l'art conceptuel des années 70: une combinaison d'images et de textes qui n'illustrent pas et ne s'expliquent pas mutuellement. Cette incohérence est cependant fausse : chaque panneau dans l'oeuvre contient l'image d'un équipement, d'un outil ou d'un instrument dans les lieux où ils sont utilisés lorsqu'un film est en cours de réalisation : l'éclairage, le système de son, les échelles, les trépieds, le câblage, les faux murs... Ce sont les signes d'un travail en cours, d'une activité qui implique de nombreuses personnes avec des rôles différents, des tâches qui sont complémentaires et, par nécessité, orchestrées et chronométrées. Mais les scènes (obscènes) sont vides. C'est la nuit, ou le dimanche, quand le travail a été accompli et que tout le monde est parti, laissant des choses jonchant le sol. Au pied des panneaux, nous pouvons lire des synopsis de films tels qu'ils apparaissent dans les journaux, en anglais et en espagnol. Certains synopsis s'accordent, mais la plupart non. Cela pourrait être n'importe quel film. Nous ne connaissons ni le titre, ni les noms des artistes impliqués. Il n'y a pas de « star-system », pas d'année, pas de nationalité. Les synopsis nous rappellent des scènes, des personnages, des relations ou des événements, mais en réalité ils nous informent aussi sur l'inconnu. Ils essaient de nous donner envie d'aller voir le film en question. Les synopsis sont toujours écrits une fois que le film est prêt pour le visionnage, mais l'oeuvre d'Aballí les met côte-à-côte avec les traces du processus filmique en soi. L'avant et l'après sont rassemblés afin de boucler la boucle qui offre la possibilité d'accéder à une nouvelle fiction, mais qui inclut aussi toutes ces fictions que nous ne verrons jamais ? revenant à Desaparicions ? ces fictions qui ne sont jamais vraiment devenues réalité.

Cela pourrait former une approximation dans l'oeuvre d'Ignasi Aballí, maintenant le sujet d'une première étude par ces trois instituions européennes, une rétrospective due seulement à une nécessité matérielle, mais qui cherche en substance à questionner. « Interroger », explorer, le travail d'un jeune artiste qui implique aussi deux types d'exercice : une analyse et une invention. Les oeuvres existent, mais sont aussi imaginées, elles sont construites dans un avenir indéterminé. Et bien que de nombreuses oeuvres d'Aballí sont refaites à chaque fois qu'elles sont exposées, elles sont refaites avec leurs matériaux, avec les conditions de perception et d'interprétation qui leur sont toujours associées. D'une certaine manière, cette exposition est une expérience. C'est le résultat de la mise à disposition d'un lieu pour une oeuvre en grande partie basée sur le non-positionnement de l'art, et il est imprégné de l'idée que l'art n'a pas de position naturelle, dont il serait issu et où il est destiné au final ; l'oeuvre doit plutôt être construite dans son propre lieu, elle doit trouver le socle depuis lequel elle doit être vue. Pour cette raison, lors de chacune des présentations qui composent ce projet, préparé conjointement par MACBA, le Museu de Serralves et la Ikon Gallery, la disposition-même de l'exposition subira des contorsions et des formes différentes d'organisation. Cependant, il n'est pas seulement question d'arranger les objets dans les espaces d'exposition ; il s'agit plutôt d'une inversion dans la nature - concernant l'architecture, le temps et la culture - dans chaque espace.