Andreas Fogarasi est préoccupé par la représentation du pouvoir et de l'identité dans l'espace public. Il révèle comment un gouvernement définit et  régule les comportements à l'intérieur de son territoire, de façon dissimulée. Ce processus critique impose un discours qui érode les conventions et les idées préconçues. Il peut alors reconstruire, re-assembler, associer et répéter ces éléments à un point où ses oeuvres minimales interrogent notre environnement et nos modes de comportement, nous interpellant sur l'inévitable question des libertés civiles.
À travers son travail, Andreas Fogarasi pose son regard sur la ville et ses codes de représentation. Ces projets sont témoins de l'intérêt qu'il porte à la dimension collective et utopique de l'architecture (mais aussi parfois son autoritarisme), ainsi que l'appropriation de ces zones ou symboles par la population. C'est un regard critique sur le modernisme et les politiques de rassemblement.

Andreas Fogarasi est né à Vienne en 1977 où il vit et travaille. Après des études d'architecture il décide d'entrer à l'École des Beaux-Arts de Vienne, puis participera à la résidence Le Pavillon au Palais de Tokyo en 2002-2003. Il paticipe à Manifesta 4 à Francfort en 2002, puis remporte en 2007 le Lion d'Or du Meilleur Pavillon National pour le Pavillon Hongrois de la Biennale de Venise avec le projet Kultur und Freizeit.

Andreas Fogarasi
Né en 1977 à Vienne
Vit et travaille à Vienne


FORMATION
2002-2003
Le pavillon, Palais de Tokyo, Paris

1999-2003
Academie des Beaux-Arts, Vienne

1997-1999
Freie Klasse, Vienne

1995-1999
Universités d'Art Appliqué - Architecture, Vienne


EXPOSITIONS PERSONNELLES

2018
Kettö / Two
, Vintage Galéria, Budapest, Hongrie
Production, FL Gallery, Milan, Italie
Monuments offerts, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris, France

2017
Culture and free time,
OFF-Biennale, Budapest, Hongrie
Andreas Fogarasi - Copy,
Galerie Kunstbuero, Vienne, Autriche
Andreas Fogarasi, Plan,
Bratislava City Gallery
Exhibition/s, Georg Kargl Fine Arts, Vienne

2016
Modelle, Jesuitenfoyer, Vienne
Sculpture, Proyectos Monclova, Mexico City
Book Launch, LAMOA, Los Angeles

2015
Installation, Tranzit, Iasi
Photography, Amt_Projects, Bratislava
Tracks and Traces, City Museum, Belgrade (avec Sasa Tkacenko)
Video, Galeria Casado Santapau, Madrid

2014
Vasarely Go Home, Museum Haus Konstruktiv, Zurich
Black Earth, MAK Center for Art and Architecture, Los Angeles (avec Oscar Tuazon)
Vasarely Go Home, GFZK - Museum of Contemporary Art, Leipzig
1988, Galeria Vermelho, Sao Paulo

2013
Année Le Nôtre, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI
Kiosk (Buda), Georg Kargl Fine Arts, Vienne
Kiosk (Buda), Park Galeria, Budapest

2012
2018, Prefix ICA, Toronto
Vasarely Go Home, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI
Vasarely Go Home, Trafo, Budapest
Épitészet / Architecture, Liget Galeria, Budapest
Headlines and Small Print, Galerija  Nova,  Zagreb (avec Maryam Jafri)
180°, Neuer Kunstverein Vienne (avec Mladen Bizumic)

2011
The Armory Show, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, New York - voir l'exposition ICI
La ciudad de color / Vasarely go home, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid
Construir / Desmontar, Centro Andaluz de Arte Contemporáneo, Séville

2010
1998, Ludwig Forum für Internationale Kunst, Aachen
Georgetown, Georg Kargl Fine Arts, Vienne

2009
Figure Ground, Transit, Mechelen, Belgique

2008
Információ, Ernst Múzeum, Budapest
Support Surface, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI
Fairview, Lombard-Freid Projects, New York
2008, MAK Gallery, Vienne
Kultur und Freizeit, Grazer Kunstverein, Graz

2007
Kultur und Freizeit, Pavillon Hongrois, Biennale de Venise 52ème, Venise

2006
Norden, Georg Kargl Box, Vienne

2005
Westen (aka Osten), Grazer Kunstverein, Graz
Süden, Porschehof/Salzburger Kunstverein, Salzburg

2004
A ist der Name für ein Modell /Étrangement proche, Liget Galéria, Budapest

2003
ABCity (The Player), Trafó, Budapest
Welcome to Regions, Display Gallery, Prague
A ist der Name für ein Modell / Étrangement proche, Offspace, Vienne

2002
Kultúrapark, Stúdió Galéria, Budapest
Culture Park, 5020 gallery, Salzburg

1999
Modell ambient, Transit VZW, Mechelen


EXPOSITIONS COLLECTIVES
2018

Dialogue, Galerie Georg Kargl, Vienne, Autriche
Patron,
Studio Gallery - Studio of Young Artists Association, Budapest, Hongrie
Kunstpozellankunst
, Doretheum, Vienne, Autriche
Studio 18 - Szalon, Erasing the Past Forever,
Académie des Beaux-Arts de Hongrie, Budapest, Hongrie
st Eros der eben jetzt von mir beobachtete Planet? L40, Verein zur Förderung von Kunst und Kultur am Rosa-Luxemburg-Platz, Berlin, Allemagne
In die Stadt,
Museum Moderner Kunst Kärnten, Klagenfurt, Autriche
Wanderings,
Cristina Guerra Contemporary Art, Lisbonne, Portugal
Universe of relations,
Zarya center for Contemporary Art,Vladivostok, Russie
Ver as vozes dos artistas : seeing artists voices,
metro, Porto, Portugal
ist Eros der eben Jetzt von mir beobachtete planet ? Gottlob frege,
Ludwig Wittgenstein und ((logische struktur der welt, Kunstraum pro arte, Hallein, Autriche


2017
Wanderings, Cristina Guerra Contemporary Art, Lisbonne, Portgual
Economize! On the Relationship of Art and Economy - Musée Ludwig - Musée d'art contemporain - Budapest, Hongrie
Mülheim/Ruhr und die 1970er-Jahre, Kunstmuseum Mülheim an der Ruhr, Mülheim an der Ruhr, Allemagne
Ist Eros der eben jetzt von mir beobachtete Planet?, Goldbergkunst e.V., Goldberg,  Allemagne
Témpano - El problema de lo institucional,
Museum of Contemporary Art of Montevideo, Uruguay
Traces of Time,
Leopold Museum, Vienne, Austriche
Abtsract Hungary,
Halle für Kunst & Medien, Graz, Autriche
Wiener Art Foundation goes Athens,
 Athènes, Grèce
10 years old,
Fondazione Fotografia Modena, Modena
"Save As..." ? What Will Remain of New Media Art?, Ludwig Museum of Contemporary Art, Budapest

2016
The Errors of Beauty, National Gallery, Sofia
The Past is the Past, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI
Borders of the Gesture, HGB Galerie, Leipzig
ART CAPITAL 2016, Wasted Time,
MuvészetMalom, Szentendre
The language of things
, 21er Haus, Vienne
Cartography of Artist Solidarity - Narratives and Ghosts from the International Art Exhibition for Palestine, 1978, Tranzit.Hu, Budapest

2015
Wohin gehen wir? videokunst zur stadtgesellschaft, Motorenhalle, Projektzentrum für zeitgenössische Kunst, Dresde
Inside Out - Not So White Cube, Mestna Galerija, Ljubljana
Nadezhda - The Hope Principle, 6e Moscow Biennale, Moscou
Transparency, Georg Kargl Fine Arts, Vienne
Destination Vienna, Kunsthalle Vienne
Sector 17, Galerie Martin Janda, Vienne
El Presente en el Pasado, Centro Andaluz Arte Contemporáneo, Séville
Close-Up, etc. Galerie, Prague
24/7 - The Human Condition / Vienna Biennale, MAK, Vienne
Der Raum nach dem Raum, Kunsthaus muerz, Murzzuschlag

2014
Frisch eingetroffen. Neuankäufe Fotografie, Landesgalerie Linz des OÖ. Landesmuseums, Linz
Interieurs, Landesgalerie Linz des OÖ. Landesmuseums, Linz
Turning points, Hungarian National Gallery, Budapest
I know not to know, Georg Kargl Fine Arts, Vienne
El Teatro Del Mundo / The Theater of the World, Museo Tamayo, Mexico City
Urbane Perspektiven - Dark City, Schafhof, Europäisches Künstlerhaus Oberbayern, Freising
Report on the Construction of a Spaceship Module, New Museum of Contemporary Art, New York
Texte In der Kunst, Georg Kargl Fine Arts, Vienne

2013
Word + Work, Galerie Nächst St. Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienne
Modern Architecture Works, Vivacom Arthall, Sofia
Conceptualism Today - Conceptual Art in Hungary since the beginning of the 1990s, Paksi Képtár, Paks
Die Sammlung 2 / The Collection 2, 21er Haus, Vienne
De belles sculptures contemporaines - la collection du Frac des Pays de la Loire, Hab Galerie, Nantes
Eastern Promises, MAK, Vienne
Jetztzeit (Present time) + The Angel's Back, La Panera, Lleida
Cinematic Scope, Georg Kargl Fine Arts, Vienne

2012
Bleibender Wert? / Enduring Value?, Kunsthaus Bregenz
State of Affairs, amt - project, Bratislava
Gallery by Night, Stúdió Galéria, Budapest
Montag ist erst übermorgen, Akademie der bildenden Künste, Vienne
Demnächst, Galerie 5020, Salzburg
Die Sammlung / The Collection, 21er Haus, Vienne
Headlines and Small Print, Andreas Fogarasi & Maryam Jafri , Galerija Nova, Zagreb
ça & là, this & there, Fondation d'entreprise Ricard, et hors les murs, celebration of the 10th anniversary of the Pavillon Neuflize OBC,      
Laboratory  for Creation of Palais de Tokyo, Paris

2011
Where is my Place? Contemporary images on national identity, Fondazione Cassa di Risparmio di Modena
Shift and Flow, Dorsky Gallery Curatorial Programs, New York
Public Folklore, Grazer Kunstverein, Graz
alter///scrinium - Ten Theses of Architecture, 9ème Festival International du film, Vladivostok
In Between, Austria Contemporary, CAC, Vilnius
MONUMENT VALLEY (Jaegerspris revisited / a homage to Johannes Wiedewelt), UFO, Berlin
Envisioning buildings, Reflecting Architecture in Contemporary Art Photography, MAK, Vienne
Passion of the Ornithologist. Topographies of Myth, BWA SOKÓL Gallery, Nowy Sacz
Beziehungsarbeit - Kunst und Institution, Künstlerhaus k/haus, Vienne
NeoSI #2: neue Situationistische Inter......nationale, Kunstraum Schattendorf, Schattendorf
5x5Castelló2011, Premi Internacional d'Art Contemporani, Espai d'Art Contemporani de Castelló, Castelló
Magáért beszél !, Magyar Nemzeti Galéria / Hungarian National Gallery, Budapest
Il est si doux..., Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Château Giscours, Margaux - voir l'exposition ICI
Where is my place?, Fondazione Bevilacqua La Masa
Artbrussels 2011, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bruxelles - voir l'exposition ICI

2010
Paisatge. Paisatge?, Àngels, Barcelona
Architecture and Context - Breuer in Pécs, Fuga -, Budapest Center of Architecture, Budapest
Panorama (The Right of View), organisé par le British Council, Istanbul
Hilde Goldschmidt 1997 - 2009,  Museum Kunst Stiftung Ludwig, Vienne
La Ciudad Interpretada, An exhibition in public space, Saint Jacques  de  Compostelle
There has been no Future, there will be no Past, ISCP International Studio & Curatorial Program, New York
Unmistakable Sentences, Ludwig Museum, Budapest
Related Spaces, Ernst Museum, Budapest
Over the Counter - Economy in Post-Socialist Art, Mucsarnok Kunsthalle, Budapest
Matériaux divers et autres bonnes nouvelles, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI
Fine Line, Georg Kargl Fine Arts, Vienne
Arrivals and Departures, Europe, Mole Vanvitelliana, Ancona
A pair of left shoes, Museum of Contemporary Art, Zagreb
Art always has its consequences, Museum of Contemporary Art, Zagreb
Transitland, Space Gallery, Bratislava
Fine Line, Georg Kargl Fine Arts, Vienne
Le présent du passé, FRAC des Pays de la Loire, Gétigné-Clisson

2009
Typopass, critical design and conceptual typography, Dorottya gallery (Kunsthalle Budapest) & Platán Gallery (Polish Institute), Budapest
Storia Memoria Identitá, Fotografia contemporanea dall'Est Europa, Fondazione Cassa di Risparmio di Modena Sant'Agostino
BC21 Art Award 2009, Augarten Contemporary, Vienne
Reduction & Suspense, Magazin4, Bregenzer Kunstverein
Rewind, fast forward, Neue Galerie, Graz
Figure/Ground, Transit, Mechelen
A pair of left shoes, Kunstmuseum, Bochum
Fifty fifty, Museum Karlsplatz, Vienne
New Acquisitions - Rarely seen works, Ludwig Museum, Budapest
Spotlight - New additions since 2003, Museum der Moderne,  Salzburg
El pasado en el presente, Juan Antonio Alvarez Reyes, Laboral Centro de Arte, Gijon
Reading the city, ev+a, Limerick
Expanded Box - Cinema, ARCO, Madrid

2008
50, Studio Galeria, Budapest
Moirés, Kunstraum der Universität Lüneburg
In Between, Austria Contemporary, Genia Schreiber University Art Gallery, Tel Aviv
Modern Ruin, Queensland Art Gallery / Gallery of Modern Art, Brisbane
6th International Biennial, Gyumri
Art Unlimited, Art 39 Basel, Bâle
Phantasies of the Beginning, Billboard Gallery, Bratislava
Am Puls der Stadt - 2000 Jahre Karlsplatz, Wien Museum Karlsplatz, Vienne
Undiszipliniert. Das Phänomen in Kunst, Architektur und Design, WUK, Vienne
Islands+Ghettos / Phase III, Heidelberger Kunstverein, Heidelberg
[scene missing], Georg Kargl Fine Arts, Vienne
[scene missing], Thomas Schulte gallery, Berlin  

2007
Cine y casi cine. 7a edición, MNCARS  - Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, Madrid
Kapitaler Glanz, Kunstverein für die Rheinlande und Westfalen, Düsseldorf
Modelle für Morgen: Köln, European Kunsthalle, Cologne

2006
This Land is My Land, Neue Gesellschaft für Bildende Kunst, Berlin
Center, MAK Center for Art and Architecture, Los Angeles
Wood, Photographs, Aluminium Plate,...., Jocelyn Wolff, Paris
How to do Things, Kunstraum Kreuzberg / Bethanien, Berlin
This Land is My Land, Kunsthalle Nürnberg, Nuremberg
Der Raum zwischen zwei Bildern, Fotohof, Salzburg
Geschichte(n) vor Ort, Volkertviertel, Vienne
How to do Things, Trafó, Budapest

2005
Re:Modern, Künstlerhaus, Vienne
Brutal Ornamental, Kosak Hall gallery, Vienne
Reading in Absence, Trafó, Budapest
Utopie : Freiheit, Kunsthalle Exnergasse, Vienne
Alice Creischer/Andreas Siekmann, Andreas Fogarasi, Dorit Margreiter, Kunstraum Lakeside, Klagenfurt (permanent)
29. Österreichischer Grafikwettbewerb, Galerie im Taxispalais, Innsbruck
Kunstraum Lakeside, Klagenfurt
Storyboards - Trapped in the escape, Vector Gallery, Iasi
Citysellingcitytelling, Sparwasser HQ, Berlin

2004
Images of Violence/Violence of Images, Biennial of Young Artists, Bucarest
Video as Urban Condition, Austrian Cultural Forum, Londres
Living Room, Kunsthalle Exnergasse, Vienne
Wiener Linien, Wien Museum Karlsplatz, Vienne
Formate - (re-)constructing the city, Galeria Noua, Bucarest

2003
Gegeben sind... Konstruktion und Situation, Galerie im Taxispalais, Innsbruck
Balkan Konsulat proudly presents: Budapest, Rotor, Graz
GNS, Palais de Tokyo, Paris
Gravitation, Moszkva tér / Museum Ludwig, Budapest
Grosser Sommer an der Thaya, Drosendorf

2002
Site-Seeing: Disneyfizierung der Städte?, Künstlerhaus, Vienne
Evidence, Essor Gallery Project Room, Londres
Manifesta 4, Frankfurter Kunstverein, Frankfurt/Main
Double Bind, ATA Center for Contemporary Art, Sofia
Gallery by Night, Stúdió Galéria, Budapest

2001
Szerviz, Mücsarnok/Kunsthalle, Budapest
Real presence, Studentski Kulturni Centar, Belgrade
A table, an office, a building..., Semperdepot, Vienne
January Show, Passagegalerie Künstlerhaus, Vienne

2000
Block, Apex Art C.P., New York
99/00, Semperdepot, Vienne

1999
Semperdepot, Vienne

1998
Clarice Works, Zentnerstrasse 18, Munich

1997
Új stúdiósok, Duna Galéria, Budapest

1995
Odyssee today, Université d'Athènes
Odyssee today, Depot, Vienne


COMMISSARIAT D'EXPOSITIONS
2015
Space Trouble, avec Josef Dabernig, György Jovánovics, Eva Kotátková, Zsolt Tibor, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI

2013
Eastern promises, Austrian Museum of Applied Arts / Contemporary Art, Vienne


PROJECTION
2012
Vasarely Go Home, Mumok, Vienne

OEUVRES DANS L'ESPACE PUBLIC
Numbers (Cars), Freyung Parkgarage, Vienne

CONFERENCES
2010
The Urban Field Speakers Series, Prefix Institute of Contemporary Art, Toronto
Constructed Environment Lecture Series, Art Gallery of Windsor, Windsor/Ontario


PRIX
2016
Msgr. Otto Mauer Preis

2008
Prof. Hilde Goldschmidt Preis
Pro Cultura Hungarica díj

2007
Golden Lion for best national participation, 52. Biennale de Venise

2006
MAK Schindler Stipendium, Los Angeles

2005
Grafikpreis des Bundeskanzleramtes

2004
Stúdió díj


ÉCRITS, CONTRIBUTIONS
Dérive - Magazine for Urban Studies (co-editeur depuis 2001)
71133 - Magazine of the Art Universities (co-editeur depuis 2000-2002)
Test Magazine (co-editeur depuis 1997)

2012
North American International Auto Show, in: Prefix Photo, No. 25

2009
The Place of Artists' Cinema: Space, Site and Screen, Maeve Connolly, Intellect/University of Chicago Press
Test Magazine (co-editor, 1997)

2007
Kultur und Freizeit, in: Multitudes 30
Kultur und Freizeit, in: springerin Bd. XIII, Heft

2006
Visuelle Identität - Orte als Marken?, in: Dérive, Nr. 23
Bei zukünftigen Museumsplanungen Fehler vermeiden, in: Dérive, Nr. 23

2004
Public Brands: Bordeaux, in springerin, Bd. X, Heft 2
Der Essay als Form, in: Dérive, Nr. 15

2003
Public Brands: Secretariat d'etat ..., in: Version Magazine 0.4
So haben wir über das System gelacht, in: springerin, Bd. IX, Heft 3
Public Brands: Wiener Einkaufsstraßen, in: Strassenfeger, Artforum Spezial, Ausgabe 21
Public Brands: The nine states of Austria, in: Journal for Northeastern Issues, Nr. 2

2002
Bratislava-Petrzalka, in: Chicago
Argument Kultur, in: Dérive, Nr. 6

2001
Life codes, Diagramme und Schwarzweisskopien, in: Dérive, Nr. 4
Out of service, in: springerin, Bd. VII, Heft 4
Bahnhofsoffensive gegen soziale Randgruppen (avec Beat Weber), in: Dérive, Nr. 3
Beauty Now, in: 71133#27

2000
16 Bogen und Widerstand, in: 71133#25

1997
Kunst hautnah, in: Test, Nr. 0


CATALOGUES
2018
Spuren der zeit / Traces of time, catalogue de l'exposition au Leopold Museum, Vienne

2017
Plan, Bratislava City Galllery, Bratislava, Slovaquie
Circles + squares, Quart Heft für Kultur Tirol, 29/17

2016
Free Book Year, publié par Andreas Fogarasi à l'occasion de son exposition au LAMOA Los Angeles
    
2015
Artistes et architecture, dimensions variables, à l'occasion de l'exposition éponyme, Editions du Pavillon de l'Arsenal

2014
Vasarely Go Home. Andreas Fogarasi, Helmut Völter, Franciska Zólyom, Galerie für Zeitgenössische Kunst Leipzig und Sabine Schaschl, Museum Haus Konstruktiv, Zürich, Leipzig
El teatro del mundo / The theater of the world, Museo Tamayo, México

2013
Andreas Fogarasi - Panorama. The Right of View, Bratislava (Sputnik Editions)

2012
Andreas Fogarasi - Cité de Refuge, Fondation Ricard, Paris
Ça & Lá, ed. Claude Closky, Paris (Palais de Tokyo)
Passion of an Ornithologist / On Myth Making, ed. Adam Budak, Nowy Sacz (BWA Sokol)

2011
Andreas Fogarasi / Sasha Pirker - Eagle Rock Playground House, Spector Books, Leipzig
A Gyu-jtemény / The Collection, ed. Barnabás Bencsik, Budapest (Ludwig Múzeum)
My City, ed. Özge Açikkol, Seçil Yersel, Istanbul (British Council)
Beziehungsarbeit / Kunst und Institution, ed. Martin Fritz, Vienna (Schlebrugge)
Over the Counter, ed. Judit Angel, Budapest (Mucsarnok)
2006-2011 evn collection, ed. Heike Maier-Rieper, Brigitte Huck, Köln (Walther König)
5 x 5, ed. Lorenza Barboni, Castelló (Espai d´art contemporani de Castelló)

2010
Cities and Placemarks, Folkemuseum, Ludwig Forum für Internationale Kunst, Aachen

2009
Boston Consulting & Belveder Contemporary art award
Professor-Hilde-Goldschmidt-Preis 1997-2009 by Professor-Hilde-Goldschmidt-Stiftung & MUMOK Wien

2008
Andreas Fogarasi, Information, Frankfurt/Main, (Revolver)
Andreas Fogarasi, 2008, Wien, Schlebruegge
Moirés, ed. Astrid Wege, Lüneburg
Islands+Ghettos, ed. Johan Holten, Nürnberg, (Verlag für Moderne Kunst)

2007
Andreas Fogarasi, Kultur und Freizeit, ed. Katalin Timár, Köln, (Verlag der Buchhandlung Walther König)
Dictionary, ed. Ask, Hillesø, Rasmussen & Rosasco, Istanbul

2006
Andreas Fogarasi, A ist der Name für ein Modell / Étrangement proche, Frankfurt/Main, (Revolver)
This Land is my Land, ed. NGBK, Kunsthalle Nürnberg, Berlin
How to do Things? ed. Dorothee Bienert, Antje Weitzel, Frankfurt/Main (Revolver)
Balkan Konsulat, ed. Margarethe Makovec, Anton Lederer, Frankfurt/Main (Revolver)
The Manifesta Decade, ed. Barbara Vanderlinden, Elena Filipovic, Cambridge (The MIT Press)

2005
Reading in Absence, ed. Eszter Lázár, Budapest (FKSE)
Utopie : Freiheit, ed. Verena Schäffer, Vienne
Visual Culture<%

Interview Luisa Espino,

Dardo magazine 26, décembre 2014 - mai 2015


LUISA ESPINO
Tu prêtes une attention spéciale au rôle que l'architecture joue dans la marchandisation de l'image des villes, avec par exemple, la construction d'édifices emblématiques. Comment décrirais-tu cette critique institutionnelle que l'on remarque dans ton travail ?

ANDREAS FOGARASI
Une partie de mon oeuvre prend ses racines dans la critique institutionnelle. Lorsque j'ai commencé ma carrière dans les années 1990 - alors que j'étais encore en étude mais déjà conscient de ce qui se passait - un groupe d'artistes a eu une grande influence sur moi, tant la génération de Andrea Fraser, Christian Philipp Müller, Fareed Armaly, Mark Dion ou Renée Green (qui était mon professeur à l'Académie de Vienne), que la génération antérieure, avec des noms comme Allan Sekula ou Martha Rosler. Ce sont tous des artistes qui pratiquaient la critique politique, et c'est en partie de là que je viens.
Cependant, je ne me réfère pas dans mon travail à une institution artistique de façon précise. Il est vrai que la logique du monde de l'art s'est convertie d'une certaine manière à la logique d'autres systèmes plus importants - un processus que l'on pourrait appeler la « culturalisation » de l'économie.
Dans de nombreux projets, je fais des recherches sur l'influence que les musées, les galeries, les artistes, etc, exercent, dans le développement urbanistique. Quel est le rôle de l'architecture, où finissent les projets une fois sortie de la table de dessin de l'architecte, dans quel contexte, dans quelle société ?... Comment un musée d'art peut fonctionner lorsqu'il est placé de manière arbitraire à Londres, New York, ou Abu Dhabi.  C'est peut être quelque chose qui ne se différencie pas beaucoup de ce que fait Louise Lawler quand il regarde le contexte dans lequel les oeuvres d'art finissent.

LUISA ESPINO
Dans Barcelona Sights (Architecture), tu parles de la médiatisation de l'architecture, d'édifices-icônes convertis en petits points sur une carte, utilisés comme attraction touristique et source de revenus.

ANDREAS FOGARASI
Oui, complètement, pour attirer le tourisme, pour attirer l'attention des médias, des investisseurs, pour la communication extérieure et aussi celle avec les habitants. De plus, on rencontre d'autres phénomènes comme les Capitales Européennes de la Culture, grands projets d'infrastructures étiquetées « culture », seulement parce que des musées sont construits, quasiment toujours pensés uniquement pour ce moment ponctuel et qui, dans les années qui suivent, se retrouvent sans aucun budget pour des initiatives alternatives de moindre échelle. C'est très important pour les villes et parfois aussi pour la scène culturelle. L'été dernier, je suis allé en Roumanie et toutes les villes par lesquelles je suis passées postulaient ou ont déjà postulé au titre de  Capitale Culturelle. La culture est toujours perçue de façon positive. Beaucoup de ville en Europe et au-delà sont des villes post-industrielles et doivent se réinventer et il paraît qu'il n'y a pas beaucoup d'option possible : la ville de la culture, la ville du savoir, du sport, de la technologie, de la mode, de loisir : toutes ces appellations sont de nouvelles identités sur lesquelles il n'est pas très compliqué de communiquer. Moi je me focalise sur le rôle de l'institution culturelle dans tout ce mécanisme.

LUISA ESPINO
Les villes construisent-elles leurs images sur des modèles très différents ?
Ce thème, tu l'as à peine effleuré concernant Vienne, ta ville.

ANDREAS FOGARASI
Je crois concrètement que cela est un processus très globalisé. Il s'agit toujours des cinq mêmes architectes, une femme en plus. Tous veulent compter. Tous cherchent à faire une oeuvre iconique d'architecture. En ce qui concerne Vienne, tout change lentement ici. Cette ville est un scénario idéal pour voir les transformations au ralenti.

LUISA ESPINO
Comment préfères-tu que l'on qualifie tes oeuvres : comme des installations, des sculptures, des architectures ...?

ANDREAS FOGARASI
Il y a deux aspects inséparables dans mon oeuvre qui s'entrechoquent parfois : le documentaire et le sculptural. Le premier est assez évident : je fais des recherches sur des thèmes que je présente dans un second temps. Je donne de l'information. Je communique. Le second aspect, le sculptural, a beaucoup de présence, il est très architectonique et normalement, les matériaux et les techniques que j'utilise ne viennent pas de la sculpture classique. D'une certaine façon, j'aime aussi penser la sculpture comme une pratique documentaire. J'essaie de faire des objets hybrides qui combinent l'information visuelle et formelle, qui sont reliés à d'autres choses. Parfois, cela est évident, parfois, ces liens sont cachés.
J'utilise beaucoup le format du display pour montrer l'information. Dans l'oeuvre Süden, une des premières que j?ai faite, cet aspect sculptural se convertissait en quelque chose de plus autonome. Cette oeuvre incluait un objet qui ne comportait aucun type information, qui était seulement un objet, un signal, un panneau publicitaire. Ces comptoirs sont habituellement fait en métal ou en bois peint, mais moi je l'ai fait en contreplaqué brut, comme si c'était une maquette grandeur nature mais qui en même temps ne représentait rien. Quelques années plus tard, en 2008, j'ai fait le même objet en pierre pour une exposition à Bordeaux. C'était une pierre très lourde et solide en grès, à l?identique de presque tous les bâtiments de cette ville.  
Les superficies et les matériaux m'ont toujours intéressé. Par exemple, dans la série de vidéos, Kultur und Freizeit, que j'ai présentées en 2007 à la Biennale de Venise, entre différentes prises de vues grand angle d'espaces,  de contextes urbains, et d'informations documentaires, la caméra s'arrêtait sur des détails comme un mur, une façade ou faisant un zoom sur une surface.

LUISA ESPINO
Pouvons nous donc parler de deux axes de travail : le premier sur l'image de la ville, le deuxième - plus minimaliste - sur les matériaux, le dessin, les structures ... ?

ANDREAS FOGARASI
Je crois que ces deux axes sont inséparables. Je crois que l?aspect documentaire de mon travail se structure en général d'une façon très formelle et que les objets sont très documentaires en soi.

LUISA ESPINO
La connexion serait donc entre le documentaire et l?architectonique.

ANDREAS FOGARASI
Oui. Les petits dispositifs cinématographiques que j'ai fait pour Kultur und Frizet sont aussi des sculptures. Ils parlent de l'intérieur et de l'extérieur. Il ont une partie frontale et une autre partie arrière, il y a un côté sur lequel il y a la projection vidéo et sur l'autre - celui de l'objet recouvert de bois contreplaqué noir - on dirait un objet minimaliste qui flotte dans l'espace. Il y a aussi une partie à l'arrière d'où l'on peut voir l'ensemble de la structure, comme un backstage. Enfin, toutes ces matérialités renforcent l'aspect théâtral de l'installation qui fait écho aux espaces qui apparaissent dans les vidéos.

LUISA ESPINO
Dans cette oeuvre dont tu parlais, comme dans beaucoup d'autres, tu laisses un pan de la sculpture non travaillé. Par exemple, dans les Etoiles, exposées il y a peu à la galerie Georg Kargl, tu combines des surfaces de miroir avec du bois contreplaqué visible derrière.

ANDREAS FOGARASI
Ce qu'il y derrière les choses m'intéresse beaucoup. Par exemple, si tu regardes avec attention les murs de marbre que j?ai exposé au Musée Reina Sofia, ou dans d'autres de mes travaux antérieurs, le marbre que j'utilise est un matériau très architectonique. Ce n'est pas seulement un bloc solide, taillé, mais un panneau de 2cm d'épaisseur, comme celui que l?on utilise normalement pour couvrir des façades, des cuisines ou des salles de bain, qui a une partie frontal bien polie et une partie arrière brute. Quand on tourne autour de ces oeuvres, il est clair que la partie arrière, qui a pour moi la même importance que celle de devant, est la surface la plus polie sur laquelle j?appose habituellement des photographies.

LUISA ESPINO
Parlons un peu de ton processus photographique. Tu fais des photographies à Vienne ou uniquement quand tu voyages ?

ANDREAS FOGARASI
Surtout quand je voyage.

LUISA ESPINO
Etant donné que avant de voyager tu étudies bien les architectures de ta destination et tu en planifies la visite, sais-tu d'avance ce que tu vas photographier ?

ANDREAS FOGARASI
C'est habituellement des édifices que je connais bien, des icônes de l'architecture que j'ai vu reproduites dans beaucoup d'images. J'étudie les détails mais aussi comment ces bâtiments sont connectés à leur environnement. Je n'ai rien à dire, seulement quelque chose à montrer et je le fais en choisissant le point de vue et le cadrage. J'aime avoir près de moi un guide d'architecture quand je vais dans une ville nouvelle et visiter des bâtiments très précis que je photographie, presque comme un hobby car par la suite je n'utilise pas la majorité des images. Souvent, je tombe sur quelque chose auquel je n'avais pas pensé initialement, parfois des structures éphémères. Mais je n'ai pas de formation en photographie, normalement, je ne prends pas avec moi un équipement important. Je fais presque toujours les clichés avec un petit appareil, et parfois, ceux dont j'ai besoin sont les pires, ceux qui sont quasiment floues.

LUISA ESPINO
Le bois, la pierre, le marbre, le miroir sont les matériaux avec lesquels tu as beaucoup travaillé. Au musée Reina Sofia tu as établi un dialogue entre les oeuvres et les salles du musée. Dans tes dernières oeuvres tu utilises le miroir, ce qui t'as permis de jouer plus avec les formes et les reflets. As-tu un matériau favori ?

ANDREAS FOGARASI
Le matériau le plus basique, c'est le bois. C'est le moins cher et le plus facile à manipuler, je l'utilise toujours pour faire les maquettes. Dans des oeuvres comme Süden, par exemple, c'est assez clair. Pour préparer cette oeuvre, je suis allé au Mondial de l'Automobile, le salon à Paris, et j'y ai fait des centaines de photographies des displays, des matériaux, des écrans, et de la façon dont tout cela est présenté au public. En 2008, je ne sais pas exactement pourquoi, j'ai commencé à utiliser le marbre. La première fois que j'y ai pensé c'était en 2006 lorsque j'étais en train de travaillé sur Kultur und Freizeit.
Il me paraissait qu'un objet comme celui-ci (il désigne une pièce rhomboïde de marbre) pouvait très bien être placé près de la vidéo, à cause de sa forme abstraite liée au langage formel de certains bâtiments et parce qu'il était un hybride entre un monument et une enseigne commerciale.
Le marbre est un matériau que l'on associe beaucoup, sans le vouloir, au pouvoir, à la richesse, à la monumentalité. Il y a peu de temps, j'écoutais l'interview d'un photographe de l'agence Magnum, Thomas Hoepker, dans lequel il disait qu'une bonne photographie, c'est comme couper un morceau du monde. Pour moi, le marbre, c'est exactement cela : tu coupes un morceau du monde et sa surface documente les processus géologiques qui l'ont créé. Au final, ce matériau est à la mode mais lorsque j'ai commencé à travailler avec - il n'y a pas si longtemps - c'était un matériau qu'un artiste conceptuel contemporain n'aurait jamais utilisé, et cela m'intéresse beaucoup.

LUISA ESPINO
Et le cuivre ?

ANDREAS FOGARASI
J'ai commencé à l'utiliser il n'y a pas longtemps dans un projet que je suis en train de réaliser pour l'espace public : trois couverts pour les escaliers qui amènent à un garage souterrain à Vienne. Les formes aérodynamiques sont similaires à celles des stations essence des années 1950 et 1960, une époque où les voitures étaient un signe distinctif. De plus, ce matériau nous le retrouvons dans de nombreux toits dans le centre historique de Vienne. Il est très intéressant dans son évolution dans le temps. L'aspect rougeâtre et brillant ne dure pas longtemps, il devient ensuite marron, reste ainsi quelque temps et finit, 50 ans plus tard, par devenir vert. C'est esthétique mais pas luxueux et c'est très organique comme matériau.

LUISA ESPINO
Les formes sont-elles aussi importantes que les matériaux dans ton travail ?

ANDREAS FOGARASI
D'une certaine façon je suis un artiste formaliste et au fond, je crois que je suis un minimaliste. Par exemple dans les vidéos de Public Brands, dans lesquelles je travaille avec les logos des villes et des régions, une des petites manipulations que je fais - au delà de les sélectionner et les mettre par ordre alphabétique - consiste à les convertir en noir et blanc. L'iconographie du logo m'intéressait beaucoup plus que ses couleurs et de plus je les trouve beaucoup plus esthétiques ainsi. Il me paraît normal de transformer les choses pour me recentrer sur les aspects qui m'intéressent le plus.

LUISA ESPINO
Avec quelle technique te sens-tu le plus à l'aise ?

ANDREAS FOGARASI
Quand je travaille la vidéo, je fais tout moi-même : la recherche, le film, l'édition, etc, et je profite énormément de cette liberté. De plus, je n'ai pas à beaucoup planifier en amont et c'est très émouvant : je prends la caméra et j'observe ce qui se passe devant l'objectif. Par exemple, la vidéo Constructing/Dismantling que j'ai enregistrée à Saint-Jacques-de-Compostelle et qui montre le démontage et la reconversion d'une foire en un parc, a été une expérience magique. Vient ensuite le processus d'édition qui est plus difficile et prend plus de temps.

LUISA ESPINO
Par conséquent, la vidéo est le médium qui te laisse le plus de place pour la spontanéité, mais tu nous révèles aussi que tu es très soigneux dans la présentation et tu en arrives toujours à des dispositifs architectoniques.

ANDREAS FOGARASI
Dans toutes mes oeuvres - aussi bien dans les sculptures que dans les photographies - je suis très précis dans les dimensions et la distribution dans l'espace. Il se passe la même chose dans mes vidéos, elles ont des mesures et des dispositions techniques très précises. C'est pour cela que je ne les envoie jamais à des festivals de cinéma. Pour moi, dans les vidéos, l'important ce n'est pas le facteur temps mais le facteur espace.