Dans ses sculptures, Charles Mason déploie une approche minimale déceptive. Les formes sculpturales employées sont le plus souvent des éléments récupérés de l'espace urbain, puis déplacés dans le lieu de la galerie.

Les objets qui pourraient être définis par leur forme et leur emploi propre, ici, sont laqués, peints ou recouverts de scotch leur offrant une aura d'utopie moderniste. Ils semblent imiter et offrir les souvenirs de leur fonction pratique, qu'implique la reconnaissance immédiate pour le spectateur, mais le contexte reste inapproprié. Face aux sculptures semblent courir quelques tensions physiques intrinsèques liées à la question de la survie de ces objets en tant que sculpture.

La question de ces objets et de leur propres cadres physiques est un moyen de créer du sens et ces mêmes limites jouent le rôle de la sculpture.

Charles Mason
1962, Exeter - 2013, Londres


FORMATION
1987-1989
Slade School of Art, University Collage Londres (Postgraduate Sculpture)

1981-1984
Bristol School of Art, University of the west of England (1st Class Hons)


EXPOSITIONS PERSONNELLES
2016
Early Works, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI

2013
Charles Mason 1962-2013, Union Gallery, Londres
Solo Show, 3 days in Paris, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI

2011
Hanging Together, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI

2010
Structure and other anxieties, Nettie Horn Gallery, Londres
Backsliding, Union Gallery, Londres

2009
Structure and other anxieties, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI

2008
New sculptures, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI

2007
Intervention, Campo Sant' Agnese, 52ème Biennale de Venise
Charles Mason, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI

2004
Charles Mason, Station, Phoenix Wharf, Bristol

2000
Cul-de-sac, Oratorio di san Ludivico, Nuova Icona, Venise
Charles Mason, Transit space, Londres

1999
Cuckoo, Biennale de Venise 48, Nuova Icona, Venise

1997
Charles Mason, British School at Rome

1995
Forms of Love, Coopers & Lybrand, Londres

1994
Eight Sculptures, Henrietta House, Londres

1989
Artist of the Day, Flowers East, Londres


EXPOSITIONS COLLECTIVES
2016
The Past is The Past, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI
Peinture d'architecture,
Le Garage, Brive


2014
Mécaniques du dessin, FRAC Limousin, Limoges
Quelque chose à vous dire, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris - voir l'exposition ICI
Les dérivés de la photographie. Lumière noire, Frac Aquitaine, Bordeaux

2013
Campagnes/ Campagne, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI
Pièces Montrées / Frac Alsace 30 Ans de Collection, Fondation Fernet-Branco, Saint Louis France
The opinion Makers, Enclave Gallery, Londres
L'espace de l'autre, oeuvres de la collection de l'artothèque de Pessac, Les arts au mur, Centre d'art et photographie, Lectoure
Manufacture, Kunsthaus CentrePasquArt, Biel
Artbrussels, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bruxelles - voir l'exposition ICI
Repetition, Gallery at Angus-Hughes, Londres
Volta 08, Union gallery, Basel

2011
Méfiance, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI
Manufacture, Parc Saint Léger
Manufacture II, Hansard Gallery, Southampton
My friend & I, 21rozendaal, Enschede
ArtBrussels, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bruxelles - voir l'exposition ICI
FIAC, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Grand Palais, Paris - voir l'exposition ICI
Il est si doux..., Châtau Giscours, Margaux - voir l'exposition ICI

2010
Line Journey, Collyer Bristow Gallery, Londres
Matériaux divers et autres bonnes nouvelles, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Bordeaux - voir l'exposition ICI

2009
FIAC, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Cour Carrée du Louvre, Paris - voir l'exposition ICI

2008
Extérieur Jour : Charles Mason, Masahide Otani, Vittorio Santoro, Immanence, Paris
Parallax, Fieldgate Gallery, Londres

2007
FIAC, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Cour Carrée du Louvre, Paris
Et comme ça c'est mieux ? - oui là c'est bien, Liste - The young art fair, Bâle

2006
Room Editions, ROOM TOO, Londres
Liste 06 - The young art fair, Bâle
FIAC, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Cour Carrée du Louvre, Paris
Picnic area (dumb interior), Chris Barr, Michael Dean, Brian Griffiths, Charles Mason, Mike Ricketts, Richard Woods, ROOM, Bristol

2005
Föhn, Chelsea space, Londres
Urban Formalism/Urbain Formalisme, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico & Capc Musée d'art contemporain, Bordeaux - voir l'exposition ICI
Citysellingcitytelling, Sparwasser HQ, Berlin

2003
Scenery, Biennale de Venise 50, Nuova Icona, Venise
Scenery, (Adam Caruso, Wim Delvoye, Charles Mason, Hiroshi Sugimoto, Naomi Wilkinson), Richard Salmon Gallery, Londres

2001
Starting over, Charles Mason and Maurizio Pelligrin, The Italian Cultural Institute, Londres

2000
New Work, Mappin Art Gallery, Sheffield

1999
Physical Evidence, Kettle's Yard, Cambridge
Thinking Aloud, Hayward Gallery NTE,Camden Arts Centre, Londres
Physical Evidence, Djanogly Art Gallery, Nottingham

1998
Transitional, Nuova Icona, Venise
ArtFutures, CAS, Royal Festival Hall, Londres

1997
Ninth Mostyn Open, Oriel Mostyn, Pays de Galles
Arte Inglese, The British School at Rome, Italie
Torri D'avvistamento, Tuscania, Italie

1996
Whitechapel Open, Whitechapel Gallery, Londres
Seventh Mostyn Open,  Oriel Mostyn, Pays de Galles

1994
Shelf Life, Eagle Gallery, Londres
Brick LaneTwo, Princes Street, Londres
Fifth Mostyn Open, Oriel Mostyn, Pays de Galles

1992
A Simple Twist of Fate, The Riverside Studios, Londres
Brick Lane One, Princes Street, Londres

1991
Young Artists in Focus, London Art Fair, Londres


CATALOGUES
2004
Simon Wallis, Charles Mason
Sally O'Rielly, Scenery ( ISBN 88-87632-19-7)
Martin Herbert, Canvass the town and brush the backdrop : On scenery, (ISBN 88-87632-19-7)

2001
Starting over : Charles Mason, Maurizio Pellegrin, Nueva Icona & Italian Cultural Institute, ISBN 88-87632-11-1

2000
Simon Wallis, Cul-de-sac, Charles Mason, (ISBN 88-87632-07-3)

1999
Simon Wallis, Charles Mason, Physical Evidence, (ISBN 0 907074 71 5),p.39

1998
Augusto Pieroni, Charles Mason, Transitional, (ISBN 88-9000111-6-5)

1997
Augusto Pieroni, Charles Mason, The British School at Rome


PUBLICATIONS
2010
Zoë Gray, Through A Glass Darkly (II), Charles Mason (ISBN 978 1 874092 41 4), 2010
Marie Canet, Love Theory in Suspension, the work of Charles Mason

2009
Zoë Gray, Through A Glass Darkly


CONFERENCES
Faculty of Art and Design, Université de Venise
British School, Rome
Bristol Faculty of Art and Design, UWE, Bristol
Kettle's Yard Gallery, Cambridge
Norwich School of Art and Design, Norwich
Ruskin School of Art, Oxford
Slade School of Art, UCL, Londres


PRIX
2005
British Council Grant

2003
British Council Grant

2000
British Council Grant

1999
British Council Grant

1999
Individual Artist Award, London Arts Board

1998
British Council Grant

1996
The Rome Scholar in Sculpture, British School, Rome

1984
Rebecca Smith Award in Fine Art


COLLECTIONS
FRAC Aquitaine
FRAC Alsace
Les arts au mur, Artothèque de Pessac
Artothèque du Limousin

Love Theory in Suspension


Le problème de l'équilibre, plus qu'une question de pesanteur, concerne la balance. Relative au poids et à l'égalité, la balance pourrait être cette sorte de collusion souple des forces et des attentes éprouvées par frottement, heurt ou sentiment lors de toute rencontre. Ce qui est Between you and me (2008) n'est pas que le reflet d'un spectateur incapable d'atteindre cet autre côté du miroir, représentation et objet de la représentation empêchés par un reflet de soi - ego - dans le miroir sans fond d'un écran transparent en plexiglas noir. C'est avant tout ce rapport de forces, jeu d'échanges et de balances qui structure toute organisation et toute relation.

Aussi formulons l'hypothèse que les sculptures de Charles Mason sont pour la plupart des compositions émancipées du formalisme et chargées d'une poétique de l'affect. Car si l'on porte à ces objets des sentiments et psychologies ils deviennent l'image d'un groupe ou d'une position, solidaire et indissociable, indissociable car solidaire, disons-le, une organisation sociétale et un espace relationnel. La balance y est en ce sens la condition sine qua non à un équilibre basé sur les notions de poids et contrepoids, de rivalité et de négociations, de regard, de tensions et flexions, d'échanges équivalents et solidaires.

Le dernier ensemble des sculptures de Charles Mason est constitué de structures fixes qui ont tout à voir avec la balance. Systèmes squelettiques et musculaires basés sur l'organisation et l'équilibre stricte de trois parties, elles sont des architectures-mondes et des numéros d'équilibriste, où un écran noir, brillant et translucide prend appui sur des membres en métal donnant le change à 'une chose' serpentine de béton, recouverte totalement ou pour partie d'écailles de porcelaine. Elles répondent physiquement aux problématiques de l'équilibre, de l'apesanteur, de la solidarité. Chics, de posture esthétique, elles sont aussi la rencontre par effleurement et collages d'antinomies texturelles : le métal joue contre l'effet miroir du plexiglas, jouant contre le béton, jouant contre la mosaïque. Les points d'accroche sont solides, scellés car si l'un glisse c'est l'édifice tout entier qui s'écrase. De là vient sans doutes "l'anxiété", qualificatif que Charles Mason a donné comme titre à deux de ses expositions en 2009 et 2010. En ce sens Crutch (2010) est un dossier de chaise, légèrement augmenté, moulé en bronze et poli, prenant appui sur le coin d'un mur donnant ainsi l'image d'un objet de l'assise étrange, disproportionné et amputé, inutilisable. Surévalué mais aussitôt mis au rencard, l'objet est la proscription d'une forme malade, inquiète et isolée - à la différence des autres, figées dans leurs propres systèmes combinatoire. Mais rien de grave.

Dans l'Angleterre du 18eme siècle un terme nouveau apparut dont le sens a aujourd'hui sensiblement bougé, affilié par son sens esthétique à la posture Camp que formalisa Sontag en 1964 : « Bathos » ou l'idée esthétique d'une chute du sublime au ridicule. A l'origine cela s'exprime par l'humour issu de la combinaison, d'apparence hasardeuse, d'antinomies. Teinté d'un esprit parodique et politique, utilisé pour attaquer la mauvaise prose comme la stupidité par Alexander Pope dans son essai Peri Bathous, Or the Art of Sinking in Poetry (1727), le Bathos se distingue par l'enveloppe de ridicule qui recouvre ses objets. Utilisé pour qualifier quelque chose de si pathétique qu'il en devient drôle, le sérieux qui habite les productions Bathos est "a seriouness that fails".
Tel est le mal qui touche Crutch. Car, le dossier de chaise, qui d'ordinaire supporte son utilisateur, est ici reclus dans un coin de la salle d'exposition et il ne peut désormais tenir que grâce à l'appui d'un tiers, le mur : situation gênante pour quelque chose qui ressemble à une béquille. Dans Dummy (2009) aussi, "la chose" informe, en station devant son propre reflet, à la verticale, en dehors d'être maintenue debout grâce à un rapport de force parfaitement égal, demeure une structure narcissique : en représentation ou stupéfaite de sa propre image, dans une posture d'élégance mais aussi en équilibre. Elle pourrait être une architecture allégorique de la relation amoureuse ou la figure du dandy qui plaçait un miroir devant son lit pour avoir le plaisir, raconte-t-on, de se regarder dormir. Effet optique dans la déambulation, Backsliding (2010), déployée en quatre panneaux, est un paravent ne dissimulant rien, montrant tout et plus encore par l'effet kaléidoscopique des jeux de reflets. Deux "choses"  jumelles en vis-à-vis s'y mirent - lorsque le corps du spectateur n'interfère pas. Elles sont comme Rita Hayworth et Orson Welles dans le corridor de glaces de La dame de Shanghai. "La chose" et son spectateur sont des créatures prises au piège, habitant un univers d'images et de formes et de reflets à la limite de l'onirisme.
" Camp taste doesn't, écrit Susan Sontag,propose that it is in bad taste to be serious; it doesn't sneer at someone who succeeds in being seriously dramatic. What it does is to find the success in certain passionate failures." Le jeu sur des équilibres improbables d'une dignité presque comique, souvent absurdes, teintés d'humour et d'ironie, et cette "chose" féminine informe apprêtée comme pour sortir en boîte un samedi soir, pendue, étalée ou en station devant son propre reflet, accrochée dans des positions des plus hasardeuses telle une acrobate aérienne (celle qui dans le cirque danse en lévitation suspendue à un foulard immense) produit un ensemble sculpturale au croisement du formalisme, de l'architecture et du cabaret.


Marie Canet