Richard Baquié (1952-1996)

Vingt ans après

La figure de Richard Baquié apparaît en plein milieu d’un siècle qui réinvente, après le verdict de Marcel Duchamp et l’investigation d’un nouveau continent anthropologique, la notion d’objet sculptural. La fin de l’ère de la mécanisation, la réévaluation des pratiques vernaculaires, la présence de l’immense chantier que constituent les suites de la guerre, l’extinction de l’industrialisation, les répercussions du consumérisme, conduisent les artistes à explorer, en particulier au travers du Pop Art aux USA, du Nouveau Réalisme en Europe, un champ où la sculpture redéfinit ses moyens, se libère des conventions usuelles pour venir s’abreuver à toutes les ressources visuelles, formelles, allégoriques, imaginaires, issues de ces décombres. Chacun travaillant spécifiquement à dépecer, dénombrer, sélectionner les différentes composantes d’une Vanité à la mesure d’un monde révolu.

Dans ce paysage d’éclipse et de relevailles, à la fois stimulant et funèbre, Richard Baquié saura, avec un sens inné de la poésie des choses, un ton à la fois léger et mélancolique, désenchanté et tendre, introduire une dimension narrative, sensible, sentimentale et biographique, qui le sauvera de toute banalité, contribuera à renouveler de fond en comble la perception de cet univers de vestiges et à lui redonner miraculeusement vie. Artiste intuitif et lucide, il ne négligera rien des différentes étapes qui avaient permis à la sculpture de s’affranchir de la lourde tyrannie de ses habitudes et de ses processus techniques. Dans une vision interdisciplinaire, décloisonnée, qui préfigure les modes déconstructifs de l’installation, qui rappelle parfois, mais sur un ton élégamment désinvolte, les pratiques de l’Arte Povera, il se plaît à faire cohabiter et dialoguer le son, la lumière, le cinéma, la photographie, le mouvement, l’eau, l’électricité, et les matériaux les plus disparates… Toutes ces structures, tous ces assemblages, se jouent avec une virtuosité désarmante, un sens ludique constant, de la diversité de leurs amalgames délibérément composites, affichant une prédilection pour la fragilité de processus issus de la récupération et du bricolage.

On peut considérer la production de Richard Baquié, ainsi qu’en témoigne sa dernière réalisation, « Réplique sans titre n°1 de l’Etant donnés… » * , simulacre d’un simulacre, à savoir l’ultime message de Marcel Duchamp, comme une répartie joyeuse et impertinente à celui qu’elle se reconnaît pour géniteur et comme une invite à en déjouer l’ironie intimidante. Si l’inquiétude viscérale de l’artiste, sa perpétuelle insatisfaction, ne peuvent pas ne pas nous apparaître comme le pressentiment d’une disparition trop tôt menaçante, loin d’en être tronquée ou diminuée, son œuvre trouve aujourd’hui dans ses intuitions un surcroît de pertinence et de vitalité.

Henry-Claude Cousseau

Août, 2017
* Cette œuvre de Richard Baquié est centrale dans l’exposition récente du Palais de Tokyo, Dioramas.

1952 - 1996

EXPOSITIONS PERSONNELLES

2017
Richard Baquié - Nuit blanche, matin gris, jour noir, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico, Paris, France

2004
Richard Baquié, Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris, France

1997
Richard Baquié, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France

1996
Richard Baquié, Galerie Arlogos, Nantes, France
Richard Baquié, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris, France

1995
Richard Baquié, Galerie française de la place Navone, Rome, Italie

1992
Richard Baquié, Galerie de Paris, Paris, France

1991
Richard Baquié - Constats d’échec, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Jouy-en-Josas, Paris, France
Richard Baquié, Art Gallery of Ontario, Toronto, Canada

1990
Richard Baquié - Morphogène, Galerie des Arènes, Nîmes, France
Richard Baquié, Foire de Chicago, Chicago, USA

1989
Richard Baquié, Galerie Eric Fabre, Fiac 89, Paris, France
Richard Baquié, Foire d’art contemporain, Chicago, USA
Richard Baquié, Galerie Arlogos, Nantes

1988
Richard Baquié, Galerie Beaubourg, Vence,  France
Richard Baquié, Inauguration de L’Aventure, Marseille, France

1987
Richard Baquié, Galerie Micheline Szwajcer, Anvers, Belgique
 Richard Baquié, Centre Pompidou - Musée National d’Art Moderne, Paris, France
Richard Baquié, Palais des Beaux-Arts, Bruxelles, Belgique
Richard Baquié, Galerie Venster, Rotterdam, Pays-Bas

1985    
Richard Baquié, Galerie Arlogos, Nantes
Richard Baquié, ARCA Centre d’art contemporain, Marseille, France

1984    
Richard Baquié, Galerie Eric Fabre, Paris, France



EXPOSITIONS COLLECTIVES

 

2019

Masterpieces, Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico


2018
Persona grata, MAC VAL - Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine, France
Sculpter (faire l’atelier), La Criée, Beaux-Arts, Rennes, France
A cris ouverts, Les Ateliers de Rennes, Rennes, France

2017
Dioramas, Palais de Tokyo, Paris, France

2016
Printemps de l’Art Contemporain 2016, Marseille expos, réseau des galeries et lieux d’art contemporain, Marseille, France
2015
Ouverture pour inventaire (2), FRAC des Pays de la Loire, Carquefou, France
EXTRA MUROS: Voor(bij) woorden, MuHKA Museum voor Hedendaagse Kunst Antwerpen, Antwerp, Belgique

2014
Narcisse, l’image dans l’onde, Fondation François Schneider, Wattwiller, France

2013
Kilomètres/heure - Utopies automobiles et ferroviaires (1913-2013), Musée du château des Ducs de Wurtemberg, Montbéliard, France
Des Mondes Possibles, FRAC - Franche-Comté, Besançon, France
La Fabrique des Possibles, FRAC - Provence-Alpes-Côte d’Azur, Marseille, France

2012
Les référents, Galerie Edouard-Manet, Genevilliers, France
Les Dérives De L’imaginaire, Palais de Tokyo, Paris, France
Exposition Luxe(s) /Naji kamouche, Galerie de l’ENSBA, Paris, France
Où donc, et quand ?, Château de Tanlay, Tanlay, France

2011
LE CHÂTEAU, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France

2010
Nulle part est un endroit, Centre photographique d’Ile-de-France, Pontault Combault, France
CAPC ou la vie saisie par l’art, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France
Ecce Homo Ludens, Musée Régional D’Art Contemporain Languedoc-Roussillon, Sérignan, France
Seconde main, Musée d´Art Moderne de la Ville de Paris - MAM/ARC, Paris, France

2008
Regardes de tous tes yeux, regardes ! L’art contemporain de Perec, Musée des Beaux Arts de Dôle, Dôle, France
Regardes de tous tes yeux regardes, Musée des Beaux-Arts de Nantes, Nantes, France

2007
Urban Notes, Centro per l´Arte Contemporanea Luigi Pecci, Prato, Italie
Rouge baiser, FRAC - Pays de la Loire, Carquefou, France
Souvenir dalla Collezione del Centro per l’arte contemporanea Luigi Pecci, Centro per l´Arte Contemporanea Luigi Pecci, Prato, Italie

2006
From Wallonia with love, Galerie Jacques Cerami, Couillet, France
Chauffe Marcel ! A propos de « mona lisa », FRAC - Languedoc-Roussilon, Montpellier, France
Bang! Bang! Trafic d’armes de St Étienne à Sète, Musée d’Art et d’Industrie, Saint-Etienne, France

2005
The Collection XII, MuHKA Museum voor Hedendaagse Kunst Antwerpen, Anvers, Belgique
El estado de las cosas - El objeto en el arte desde 1960 hasta nuestros días, ARTIUM - Basque Museum Center of Contemporary Art, Vitoria-Gasteiz, Espagne
b.a.-ba un choix dans la collection du Frac Bretagne, Domaine de Kerguéhennec, Centre d’Art Contemporain, Bignan, France

2004
The state of the things. The object in art from 1960 to the present day, MARCO Museo de Arte Contemporánea, Vigo, Espagne

2003
New presentation of the collection (VI), MuHKA Museum voor Hedendaagse Kunst Antwerpen, Anvers, Belgique
Objets ? Objets !, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France
Collectiepresentatie V - herfst 2003, MuHKA Museum voor Hedendaagse Kunst Antwerpen, Anvers, Belgique

2002
Séquences 2, Galerie Roger Pailhas, Marseille, France
Voilá la France, Cesac - Centro Sperimentale per le Arti Contemporanee, Caraglio, Italie
Véhicule, Friche la Belle de Mai, Marseille, France

2001
Collection : simulacres et détournements dans les années 80, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France
De Artaud ... à Twombly, Centre Pompidou - Musée National d´Art Moderne, Paris, France

2000
Air - air, Grimaldi Forum Monaco, Monaco

1997
Collection, découverte, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France

1996
Condamnés à la Liberté, Espace de l’art concret, Mouans Sartoux, France
Le voyage extraordinaire, Musée d’Art. Contemporain, Lyon

1995
Féminin-masculin : Le sexe de l’art, Centre Pompidou - Musée National d’Art Moderne, Paris, France
«Même si c’est la nuit», CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France
Réalité décalée : oeuvres de la collection du Frac Bretagne, Galerie du TNB, Rennes, France

1994
Même si c’est la nuit, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France
Sculptures contemporaines, Musée des Beaux-Arts, Clermont-Ferrand, France

1993
Well done, maldone : Richard Baquié, Toni Grand, Fabrice Hybert, Richard Monnier, Galerie Arlogos, Nantes, France
Collections pour une région - «lieux de fictions», capc Musée d’art contemporain, Bordeaux, France
Galerie Arologos, Nantes, France
Galerie Arlogos, Fiac, Paris, France
L’Ivresse du réél - l’objet dans l’art du XXe siècle, Carré d’art, Musée d’art contemporain, Nîmes, France

1992
France, troisième génération, Pavillon des Arts, Exposition universelle, Séville, Italy
Collection du Fonds Régional d’Art Contemporain des Pays de la Loire,
Musée des Beaux-Arts, Nantes, France
Autour de la sculpture, Espace Exposition, 2000, Arcachon, France

1991
La Sculpture Contemporaine après 1970, Fondation Daniel Templon, Fre?jus, France
Lato Sensu - 17 artistes français, Charlottenborg, Copenhague, Danemark
Musée des Beaux-Arts, Mulhouse, France
E-Werk, Hallen für Kunst, Institut français, Fribourg, Allemagne
Via Marseille, XVIIe Biennale d’Alexandrie, Egypte
Valses nobles et sentimentales, Galerie de l’Ancienne Douane, Strasbourg, France
Individualités - 14 Contemporary Artists from France, Art Gallery of Ontario, Toronto, Canada
L’Amour de l’Art : une exposition de l’art contemporain en France, Biennale d’Art contemporain, Lyon, France
Transat, Fondation San Telmo, Buenos Aires ; Fonds Régional d’Art Contemporain Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Marseille, France
Baquié, Ball, Convert, Hill, Morellet, Poirier, Sandback, Domaine Kerguéhennec, Centre d’Art Contemporain, Bignan, France
1968-1986 - Sculpture, Centre Culturel, Tonneins, France

1990
La Collezione 88-90, Centro per l´Arte Contemporanea Luigi Pecci, Prato, Italie
Qu’est ce qui est contemporain ? : Simultanéité et opposition, Centre Culturel, Dax, France
La guerre de Troie n’aura pas lieu, Chateau d’Oiron, Thouars, Paris, France
New art from the Mediterranean and Japan, Musée de Toyama, Japon
Lignes de mire, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Jouy-en-Josas, France
Baquié, Faure, Hybert, Galerie Arlogos, Nantes, France
César-Baquié, Galerie Roger Pailhas, Marseille, France
Francja dzisiaj, Museum Naradowe, Varsovie, Cracovie, Pologne
La Collezione 1988-1990, Museo d’Arte Contemporanea, Luigi Pecci, Prato, Italie
Acquisitions 89, Fonds National d’Art Contemporain, Paris, France
Usine Ephémère, Paris
Art & Publicité 1890-1990, Centre George Pompidou, Paris, France

1989
Qu’est-ce qui est contemporain ? 1- Simultanéité et oppositions, CAPC - Musée d’art contemporain, Bordeaux, France
Nos Années 80 - Fondation Cartier pour l’art contemporain, Jouy-en-Josas, France
Peinture-Cinéma-Peinture, Centre de la Vieille Charité, Marseille, France
Richard III - Richard Baquié, Richard Deacon, Richard Monnier, Galerie Arlogos, Nantes, France
Solex nostalgie, Fondation Cartier pour l’art contmporain, Jouy-en-Josas, France
Art Frankfurt, Galerie Arlogos, Nantes, France
Frontières - 8 artistes français, Galerie Christine Le Chanjour, Nice, France
«Il n’y a pas d’art français» in Public - une exposition dans une revue, Grenoble, New York, Cologne, Prato, Londres, Angleterre

1988
Images et Mages - Les Moulins Albigeois, Albi, France
Europa Oggi, Centro per l´Arte Contemporanea Luigi Pecci, Prato, Italie
Les déchargeurs, Fonds Régional d’Art Contemporain, Provence Alpes-Côte d’Azur, Marseille, France
Fictions installées - Ein aspeckt der zeitgenössischen skulptur in Frankreich, Heidelberger Kunstverein, Institut français, Heidelberg, Allemagne
L’Art moderne à Marseille - la collection du musée Cantini, Centre de la Vieille Charité, Marseille, France
Les artistes français au Japon, Hillside Terrace, Tokyo, Japon
Musée d’art moderne Seibu, Takanawa, Japon
Collection du Van Abbemuseum d’Eindhoven, Musée d’art contemporain, Nîmes, France
Hommage à la France, Henie-Onstad Kunstsenter, Hovikodden, Norvège
Galerie Beaubourg, Paris, France
Art et langage - années 80 - oeuvres choisies, Rennes, France
Richard Baquié, Pascal Convert, Juan Munoz, Susana Solano, Musée Bonnat, Bayonne, France
La collection et une selection de donations et de prêts, Museum van Hedendaagse Kunst, Anvers, Belgique
Vivents les frac, Le Nouveau Musée, Villeurbanne, France
Musée Bonnat, Bayonne, France

1987
1. International Biennial, Istanbul, Turquie
Documenta 8, Kassel, Allemagne
Affected machines / Machines affectées, Affected Machines / Machines Affectées , The Renaissance Society at the University of Chicago, Chicago, USA
Musée de l’abbaye Sainte-Croix (MASC), Les Sables d’Olonne, France
Bronx, Museum of the Arts, New York, USA ; Galerie Roger Pailhas, Marseille, France
Les années 80 en France : une nouvelle génération d’artistes, Istambul Pavillon, Besiktas, Istanbul, Ankara. Turquie
Match Nice/Marseille, Musée des Beaux Arts, Toulon ; Musée des Beaux-Arts, Grenoble, France

1986
Angles Of Vision: French Art Today : 1986 Exxon International Exhibition, Solomon R. Guggenheim Museum, New York City, USA
Art français - positions, Technische Universität, Berlin, Allemagne
Kadidavrex, Centre Régional d’Art Contemporain Midi pyrénées, Labège, France
Villa Arson, Nice, France
Dimensions singulières, Château de Rohan, Saverne, France
Ateliers internationaux des Pays de la Loire - deux ans d’acquitisions, Fondation Nationale des Art-Graphiques et Plastiques, Paris, France
Kunst Raï 86, Amsterdam, Pays-Bas
Festival des Arts Electroniques, Maison de la Culture, Rennes, France
Identités Marseille, Centre de la Vieille Charité, Marseille, France
FIAC, Galerie de Paris ; Grand Palais, Paris, France
Affected Machines / Machines affectées, Nexus Contemporary Art Center, Atlanta, USA
Mars, Halles sud - deux revues pour l’art contemporain, Musée Cantini Marseilles ; Halle de L’île, Genève, Suisse

1985
Sculptures, First Approach For A Park Fondation Cartier pour l’art contemporain, Paris, France
Perfo 3, Lantarem, Rotterdam, Pays-Bas
Fonds Régional d’Art Contemporain Provence-Alpes-Côtes d’Azur, Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, France
Eric Fabre at Gracie Mansion, Gracie Mansion Gallery, New York, USA
Sagas-Versant sud - parcours dans l’art d’aujourd’hui de Bordeaux à Nice, Palau Meca, Barcelone, Espagne
Sculptures et meubles contemporains, Hôtel de Matignon, Paris, France
Cartes et Châteaux, Fort Saint Alban, Nice, France
G. Autard, R. Baquié, R. Monnier, G .Thupinier, Galerie Arlogos, Nantes, France
Sculptures, Fondation Cartier pour l’art contemporain, Jouy-en-Josas, France
France-Tours - art actuel - deuxième biennale nationale d’art contemporain, Centre Création Contemporaine, Tours, France
Sculptures récentes, ARCA - Centre d’art contemporain, Marseille, France
Itinéraire du versant sud, Centre Régional d’Art contemporain, Marseille, France
Acquisitions - 82-85 du FRAC Provence-Alpes-Côtes d’Azur, Musée Cantini, Marseille, France

1984
Siméon et les flamands roses (première partie), Les Moulins Albigeois, Albi, France
Installations, Axe Art Actuel, Toulouse, France
Nouveaux objets illustratifs ou le crève-coeur en 1984, Musée des Beaux-Arts, Chartres, France
Espacio 10, Fundacio Juan Miro, Barcelone, Espagne
Ateliers internationaux, Fonds Régional d’Art Contemporain des Pays de la Loire, Abbaye Royale, Fontevraud, France
«Présentez Art», Fonds Régional d’Art Contemporain Provence Alpes-Côte d’Azur, Nice ; Musée Cantini, Marseille, France

1983
Opération Rhinocérus : 5°17 longitude Est, 43° 16 latitude Nord, Le Frioul, Marseille, France
L’après-midi, Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques, Paris
Symposium de sculptures, Musée Sainte Croix, Poitiers, France
 Octopus, ARCA, Centre d’art contemporain, Marseill, France
Fonds Régional d’Art Contemporain, 1982-1983, Musée Cantini, Marseille, France

1982
Sculptures, Images Actes liés, Marseille.
Salon de mai, Espace Pierre Cardin, Paris.
Jeunes créateurs, Centre culturel, Aubagne, France
Volume, Musée des Beaux-Arts, Nîmes, France
Lieux d’artistes, Images Actes Liés, Marseille, France
Action création 82, Parc Chanot, Marseille, France

1980
Présence contemporaine, Ecole d’Art, Aix en Provence, France


COMMANDES PUBLIQUES

    1993
Projet de 1% lycée, Alsace, France

    1987/1988    
L’Aventure, Quartier Les Cèdres, Marseille, vidéo réalisée par Alain Dufaut, Marseille, France



CATALOGUES

2017
Dioramas, catalogue d’exposition, Palais de Tokyo, Flammarion
Richard Baquié, Déplacements, catalogue d’exposition, Hôtel des Arts Toulon, Lienart édition

2001
Art Contemporain : un choix de 200 oeuvres du Fonds national d’art contemporain, (1985-1999), édition du Chêne, Paris

1997
Richard Baquié : 1952-1996 rétrospective
édition Direction des Musées de Marseille & Bordeaux : Capc Musée d’art contemporain

1996
Richard Baquié, catalogue d’exposition, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris

1991
Constat d’échec, catalogue d’exposition, Fondation Cartier, Jouy-en-Josas

1990
Morphogène : Richard Baquié, catalogue d’exposition, Musée d’art contemporain, Nîmes

1988
Richard Baquié, catalogue d’exposition, La Galerie de la mer, Marseille

1987
Richard Baquié, catalogue d’exposition, Galerie Micheline Szwajcer, Anvers

1985
Richard Baquié, catalogue d’exposition, ARCA, Centre d’art contemporain, Marseille

1982
Jeunes Créateurs, Maison de la Culture, Aubagne
Lieux d’artistes / Marseille : Atelier de Lorette, Cinabre, Images Actes Liés, Biennale de Paris
Actions créations 82, Parc Chanot, Marseille

Richard Baquié, Dominique Seux

Richard Baquié se rattache au mouvement artistique souvent qualifier « d’Art de la poubelle ». Amorcé par Picasso et Braque avec l’introduction du collage, radicalisé par Schwitters puis développé par Rauschenberg, cet art s’affirme en France dans les années soixante avec les Nouveaux réalistes tels que Tinguely, Arman et Spoerri. Aujourd’hui Tony Cragg et Bill Woodrow en Grande-Bretagne, Richard Baquié en France sont les artistes, représentatifs de ce mouvement original, fondé sur la récupération des déchets.

Après avoir ébauché au sujet et dessiné son projet pour le mettre en forme, Baquié se met à la recherche, tel un « chiffonnier », de matériaux qu’il trouve dans des décharges, vieux objets destinés au rebut ou à la casse. Il les découpe, les assemble et à partir d’éléments tout à fait hétéroclites crée des pièces homogènes. Pour supprimer toute emphase, il donne volontairement un aspect précaire ou une configuration volontairement banale à ses installations. Il réutilise des techniques oubliées, dépassées par le progrès, s’adjoint des machines désuètes, reprend des images chromo ou kistch. Cette attitude est révélatrice d’une certaine nostalgie des objets du passé, de son refus de la sophistication.

Mais la démarche essentielle et originale de Baquié est de vouloir créer « une sculpture qui agit ». Que ses installations soient des « sculptures-machines » ou des « sculptures-statiques », la mise en scène du sujet est primordiale. L’objet est mis en situation pour raconter une histoire et devenir le support de l’imaginaire du spectateur. Par le choix du sujet, les éléments naturels ou mécaniques qui interviennent dans ses sculptures, le langage intégré à ses installations, l’artiste cherche à recréer un monde symbolique. Baquié parle de « déplacement ».

Beaucoup de ses installations mettent en situation certains attributs distinctifs de véhicule ou leur totalité : une portière de train, Autrefois il prenait le train pour travestir son inquiétude en lassitude (1984) ; une représentation simplifiée d’un avion, Situation du vent (1983) ; des morceaux de carlingue de Caravelle, Dérive ou sa maquette Sud (1986) ; une vue volontairement chromo de l’aéroport d’Amsterdam, Schipol (1987) ; des voitures découpées, Amore mio (1985) ; Basse tensoin, Haute tension (1987). Baquié s’explique : « Le véhicule a un objectif, celui de réaliser la compilation des distances, il s’oriente selon sa destination ». De cette manière, il déplace l’imaginaire du spectateur, en jouant sur les notions de temps et d’espace.

Ce jeu interactif entre le temps et l’espace est souvent suggéré également par l’utilisation dynamique d’éléments extérieur à l’objet : l’eau, l’air, le bruit, le son. L’eau, grâce à des procédés électriques, se réfrigère, évoquant la vitesse et le froid dans la pièce Plymouth Ouest (1985), se transforme en vapeur pour simuler le passage de l’avion dans les nuages, Sud (1986), circule en circuit continu pour exprimer « la permanente alimentation » de l’amour dans Passion oubliée (1984). L’air, le vent, produits par des ventilateurs évoquent le déplacement physique, Autrefois, il prenait le train pour travestir son inquiétude en lassitude (1984), ou spatial Schipol (1986). Les sons, les bruits participent aussi à l’animation de sa sculpture : ils permettent de mimer un mouvement physique, La traversée du présent (1986), ou lorsqu’ils égrènent des chansons par l’intermédiaires de vieux transistors ou électrophones, ils font remonter nos souvenirs : Plymouth Sud (1985).

Le langage est également un élément essentiel du déplacement mental que Baquié veut provoquer chez le spectateur. Dans ses premières oeuvres les titres étaient très longs, pour ajouter un sens au sujet ou préciser la narration. En fait il n’est rien arrivé, longtemps après la guerre, il craignait toujours une embuscade (1985). Plus tard il joue sur le déplacement sémantique entre le mot contenu dans le titre et celui de la pièce réalisée. Ainsi en 1987, il expose une oeuvre formée par les mots FIN DE SIECLE à laquelle il donne le titre de Début. Lors d’une exposition au Centre Georges Pompidou en 1987, où la première pièce exposée s’intitulait Dérive, la dernière Sud, Baquié déclarait : «  A chacun de créer son histoire dans cette dérive vers le sud ». Enfin le mot permet à Baquié d’exprimer aussi ses sentiments personnels et le lyrisme inhérent à toute son oeuvre : Solitude, Passion oubliée, L’impuissance à résoudre… Mais il est surtout un prétexte pour poser la question du pouvoir visuel du langage dans l’art. Baquié la formule ainsi : « Le mot est-il récepteur ou émetteur ? », « L’image fait-elle le mot ou le mot fait-il l’image ? »

Mais une sculpture qui agit est aussi pour Baquié une sculpture qui structure l’espace de façon à ce qu’elle « ne fasse plus centre ». L’exemple le plus frappant de cette intention est celui d’Amore Mio (1985) : cette installation constituée de quatre pièces différentes placées aux quatre points cardinaux de la salle d’exposition interpelle directement le spectateur qui, au lieu de se déplacer autour de l’œuvre, déambule au milieu de ses divers composants. Pourtant, s’il fragmente l’espace, il reconstitue l’unité en donnant à ses quatre pièces un même titre Plymouth s’il les distingue par les directions Ouest, Sud , Est, Nord, il les conçoit pour faire partie du même projet. Ce travail à la fois analytique et synthétique est une des constantes de son œuvres.

Cependant, depuis 1988, tout en conservant l’ambiguïté entre l’impression et la réalité, entre le mot et l’image, entre la relation espace-temps, Richard Baquié semble s’orienter vers une construction de l’espace plus simplifiée, plutôt bi-dimensionnelle et tend à privilégier l’aspect frontal dans sa sculpture : Instant de doute (1988) ; Nulle part est un endroit (1989).